DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Kunduz : un acte "inexcusable" pour l'Onu


Afghanistan

Kunduz : un acte "inexcusable" pour l'Onu

L’indignation des Nations unies après le bombardement de l’hôpital de Médecins Sans frontières à Kunduz, en Afghanistan.

Il s’agit d’ un acte “inexcusable” et “potentiellement criminel”, a dit Zeid Ra’ad Al Hussein, le Haut Commissaire aux Droits de l’Homme.

Ce samedi, des frappes aériennes ont détruit une partie de l’hôpital et fait au moins 19 morts et une quarantaine de blessés.

Il pourrait s’agir d’un bombardement américain, de l’Otan, qui visait à soutenir les forces afghanes au sol dans leur lutte contre les Talibans.

Kunduz est le théâtre de violents combats depuis lundi lorsque la ville a été prise par les Talibans, puis reprise cette semaine par les forces afghanes, notamment grâce à l’appui aérien de l’Otan.

“Le site est plus grand qu’un terrain de football. Et nous avons communiqué son emplacement exact avec ses coordonnées GPS à plusieurs reprises à tous les belligérants, de chaque camp, en Afghanistan. Donc nous ne comprenons pas et nous n’acceptons pas l’explication selon laquelle il s’agit d’un dommage collatéral”, s’insurge Bart Janssens, le directeur des opérations de MSF.

D’après MSF, les frappes ont continué pendant 45 min après que l’ONG a averti l’Otan que l’hôpital avait été visé par des tirs.

Les Etats-Unis ne reconnaissent pas la responsabilité du bombardement pour l’instant mais ils ont ouvert une enquête.

L’Otan menait une opération aérienne dans ce secteur au moment du drame.

Barack Obama dit attendre les résultats de l’enquête lancée par le ministère de la Défense américaine.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Jérusalem : un Palestinien armé d'un couteau tue 2 personnes