DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Smartphones : à quand des écrans incassables ?


hi-tech

Smartphones : à quand des écrans incassables ?

En partenariat avec

Plus d’un milliard de smartphones sont vendus chaque année dans le monde. Tous ont le même point faible : la fragilité de l‘écran tactile qui, malgré les progrès de la technologie, a encore tendance à se briser trop facilement.

Renforcer la solidité des écrans de vos téléphones. C’est l’objectif des chercheurs de Corning, le fabricant américain de verre, qui fournit les leaders du marché comme Apple et Samsung. Leurs tests visent à déterminer comment un écran résiste à la pression, aux chutes ou au contact de clés, de pièces ou d’autres objets, situés dans les poches.

L‘évolution de la taille et du design des téléphones constitue un défi supplémentaire pour les chercheurs : “Les appareils sont de plus en plus minces, de plus en plus grands, de plus en plus massifs. Les verres de protection ont été courbés. Tout cela met une pression supplémentaire, comme lors d’un épisode de chute par exemple”, souligne Joshua Jacobs, chercheur chez Corning.

La société Square Trade, spécialisée dans l’assurance de produits électroniques, réalise ses propres tests. Les écrans fissurés représentent plus de la moitié des réclamations.

Pour leurs modèles “dernier cri”, Apple et Samsung (l’Iphone 6s et le Galaxy Note 5 notamment) ont renforcé la résistance générale : les coques sont conçues avec un alliage d’aluminium et de zinc. Quant aux écrans, ils sont protégés par une couche de verre renforcé à l’aide d’un procédé appelé “échange d’ions”. Mais les résultats ne sont pas encore totalement satisfaisants. “Tout ce qu’ils ont fait a clairement augmenté la solidité des téléphones, mais les gens continuent malgré tout de les casser”, explique Steve Abernethy, directeur de Square Trade.

Il faudra donc encore patienter avant de trouver un écran incassable sur le marché. Les chercheurs semblent avoir encore beaucoup de chemin devant eux.

Le choix de la rédaction

Prochain article

hi-tech

Agriculture : les promesses de l'électrolyse de l'eau