DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

La National Gallery tire le portrait de Goya


le mag

La National Gallery tire le portrait de Goya

En partenariat avec

Jamais autant de portraits peints par Goya n’avait été rassemblés lors d’une même exposition. La National Gallery à Londres présentent 70 oeuvres de l’artiste espagnol né en 1746.

L’exposition intitulée tout simplement “Goya: les portraits”, rend bien sûr hommage au peintre tout en proposant une étude approfondie de sa vie publique et privée.

L’idée est aussi de “réhabiliter Goya comme l’un des plus grands portraitistes de l’histoire”, à la démarche “novatrice et non conformiste”. “Ce qui est vraiment étonnant, c’est de constater que ces portraits apportent beaucoup de lumière sur la vie de l’artiste souligne le commissaire de l’exposition Xavier Bray, ce qu’il connaissait, ce qu’il aimait, ce qu’il détestait, ce qu’il admirait; il y a donc de nombreux indices de la vie du peintre. Et puis non seulement on a l’impression de dialoguer avec ses modèles, mais on apprend aussi à les connaitre d’un point de vue presque psychologique.”

L’un des joyaux de l’exposition est le portrait de la duchesse d’Albe peint en 1797. Il est présenté pour la première fois au Royaume-Uni.
“La duchesse d’Albe était l’une des plus importantes mécènes de Goya et je pense qu’il était obsédé par elle dit Xavier Bray. Elle était très belle, très riche, férue d’arts et dans une certaine mesure, elle l’employait comme un peintre à la cour. Il peignait beaucoup de portraits d’elle, il faisait beaucoup de dessins, et le fait qu’elle pointe le doigt vers le sol – sur lequel est inscrit “Solo Goya”, «seulement Goya» -.suggère que seul Goya pouvait la peindre.”

Francisco de Goya était le peintre officiel de la cour du roi d’Espagne Charles IV et l’un des artistes préférés de l’aristocratie espagnole, combinant ce travail avec un art plus personnel dans les séries “désastres de la guerre” ou “peintures noires”.

L’exposition “Goya: les portraits” à la National Gallery de Londres, se termine le 10 janvier 2016.

Le choix de la rédaction

Prochain article

le mag

De Dior à Nina Ricci : la mode célébrée à Paris