DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le nouveau gouvernement grec remporte un vote de confiance, mais le plus dur reste à faire


Grèce

Le nouveau gouvernement grec remporte un vote de confiance, mais le plus dur reste à faire

Le parti de gauche d’Alexis Tsipras Syriza et ses alliés souverainistes doivent appliquer au plus vite les réformes promises aux créanciers afin de pouvoir bénéficier, le mois prochain, du troisième plan de sauvetage financier dont doit bénéficier Athènes.

“La gauche et les progressistes ont joué un rôle essentiel, non pas en soulignant les difficultés auxquelles nous devons faire face, ni en restant à l‘écart pour discuter des problèmes ou de l’Armageddon à venir, mais en changeant les choses pour rester sur le front de la bataille”, a lancé hier le Premier ministre grec au Parlement.

Le chef de file du parti conservateur Nouvelle Démocratie rappelle que c’est l’ancien gouvernement d’Alexis Tsipras qui a ratifié l’accord controversé avec les créanciers. “Ce qui est vrai, malheureusement, c’est que les dangers restent à venir”, insiste Evangelos Meimarakis. Des dangers créés par votre administration. La vérité, pour le peuple grec, c’est qu’un rude hiver les attend, sans doute le pire qu’ils aient connu.”

Toute l’opposition, des néonazis d’Aube Dorée aux socialistes du Pasok en passant par les communistes du KKE ont refusé d’accorder la confiance à la coalition.

“Le nouveau gouvernement grec a peut-être gagné facilement cette victoire au Parlement, précise notre correspondant Stamatis Giannisis, mais les défis restent à relever pour Alexis Tsipras et ses ministres qui ont très peu de temps pour mettre en place les réformes exigées par les créanciers au terme d’un accord et qu’ils ont conclus en juillet dernier.”

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Une fusée-sonde décolle dans un panache de fumées roses