DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

L'effet d'El Niño sur les glaciers du Pérou


science

L'effet d'El Niño sur les glaciers du Pérou

En partenariat avec

Au Pérou le glacier du Quelccaya à plus de 5000 mètres d’altitude est la plus grande calotte glacière de la zone tropicale. Comme les autres glaciers il a en partie fondu (il a perdu 20% de son volume ces 30 dernières années). Depuis plus de 10 ans des chercheurs de l’université du Massachussets y entretiennent une station météo reliée par satellite.
Objectif : surveiller El Niño :

“El Niño, explique Douglas Hardy, est géré par les températures de surface de l’Océan Pacifique, des températures qui nous le savons, sont très liées à celles des Andes de la Bolivie jusqu’au Pérou.”

Le phénomène d’El Niño actuellement en cours devrait connaître son maximum fin 2015. La station mesure la température de l’air, l’humidité, les radiations solaires, les radiations infrarouges, la vitesse du vent, sa direction et la pression atmosphérique. Depuis 1997, El Niño n’a pas affecté les Andes et on ne sait pas précisément quel sera son impact sur le glacier.

Douglas Hardy : “Ici on peut faire des mesures continues à mi chemin de l’atmosphère et nous pouvons ainsi corriger et calibrer les données satellitaires, on peut aussi les liées aux données relevées sur les ballons. Avec toutes ces données on a les tendances d’un réchauffement ou d’un refroidissement, tout ce qui touche la température et l’humidité.”

Le phénomène d’El Niño se traduit par un réchauffement des eaux de l’océan Pacifique équatorial et peut causer de fortes sécheresses ou violentes précipitations selon les régions.

Cette année, son effet est aggravé par le changement climatique, selon des experts.

Prochain article

science

Une découverte archéologique extraordinaire au coeur de Rome