DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Festival Lumière : Scorsese, grande star


cinema

Festival Lumière : Scorsese, grande star

En partenariat avec

Martin Scorsese grand invité cette année du Festival Lumière. Un festival qui chaque année sous l‘égide de Thierry Frémaux (par ailleurs directeur….. du festival de Cannes) rend hommage aux plus grands noms du cinéma.

Martin Scorsese : “Je voulais tous vous remercier pour cet extraordinaire honneur en m’invitant ici à Lyon où on célèbre véritablement le cinéma, où des hommes lui ont donné la vie.”

Lise Pedersen, Euronews : “Un festival Lumière rempli d‘émotions pour rendre hommage à l’un des plus grands et plus connu réalisateur Martin Scorsese. Un festival où il n’y a pas de gagnants et de perdants, uniquement des amoureux du cinéma”.

L’autre point d’orgue de la présence du réalisateur américain à Lyon c‘était cette Masterclass bondée donnée au Théâtre des Célestins.

Voici quelques réactions glanées à l’entrée :
“C’est vraiment surréaliste qu’il vienne ici à Lyon.”

“C’est simplement pour voir quelqu’un qui sait donner, sait transmettre l’amour du cinema.”

“C’est très inégal, il y a des films de Scorsese que je n’aime pas du tout mais c’est quelqu’un qui a consacré sa vie au cinéma, qui en plus est un grand cinéphile, qui restaure pleins de films, j’ai vraiment envie de le voir.”

Lors de cette masterclass, Martin Scorsese a évoqué sa jeunesse à New York, quand il était enfant asthmatique et que ses parents, ne sachant trop que faire de lui l’emmenaient au cinéma. Il a aussi parlé de ses projets et de ce film “The Irishman” dans lequel il retrouvera son acteur fétiche Robert De Niro.

Taxi Driver, film emblématique de Scorsese et de De Niro. Un film qui a reçu la palme d’or à Cannes en 1976. Un film devenu un classique du cinéma. Mais qu’est ce qui fait un film classique ? La question a été posée à Thierry Frémaux : “Parfois un temps de purgatoire est aussi nécessaire, par exemple on n’en est pas encore à s’interroger complètement sur les années 2000, mais pour la première fois nous nous interrogeons sur les années 80. Les années 80 c‘était il y a 30 ans. Il ne faut pas considérer seulement que l’histoire du cinéma c’est le cinéma muet ou le cinéma des années 30 ou 50, mais ça commence à arriver à des marges qui sont plus proches de nous.”

Et voici un autre classique. Toy Story, déjà 20 ans au compteur. Et son papa qui était aussi invité à Lyon le grand John Lasseter, Monsieur Pixar, celui là même qui a pu donner une nouvelle vie aux studios Disney.

Et le public de s’enthousiasmer : “Pixar du coup c’est devenu un symbole, un symbole à la fois des films pour enfants mais aussi pour les adultes, et c’est pour ça aussi que ça rassemble un maximum de gens quoi.”

“On l’a tous vu 5 fois au moins dans la famille, mais c’est pas pareil quand c’est à Lyon, y’a plein de monde autour.”

John Lasseter : “Le fait d‘être honoré ici c’est vraiment spécial au sujet de ce que l’on a fait parce que je pense toujours que c’est quelque chose de tout nouveau. Je suis toujours surpris par ces 20 années. “Quoi ça fait aussi longtemps que Toy Story est sorti ?”

Le festival Lumière, une grande fête du cinéma avec près de 150 000 visiteurs cette années. C’est aussi un lieu de rencontre pour les professionnels de la préservation et de la restauration de films.

Propriétaires de catalogues, laboratoires de restauration et distributeurs se retrouvent dans un forum le “Classic film market” dirigé par Gérald Duchaussoy : “La recherche de droit, ça c’est capital. Déjà trouver qui a les droits du film, donc qui possède les droit d’exploiter ces films, suivant les territoires, suivant les pays, suivant les contrats, donc il y a une partie vraiment très compliquée, et puis il y a tout ce qui est recherche d‘éléments – retrouver les bobines, les négatifs, tout ce qui est manquant, tout ce sur quoi on veut travailler.”

Une question qui tient à coeur à Martin Scorsese dont la fondation du film a restauré des centaines de film depuis qu’elle a été créée il y a 25 ans. Lors de son discours, le réalisateur a eu un mot pour ceux qui détiennent les films en leur demandant de ne pas rendre la vie plus difficile aux réalisateurs.

A noter pendant sa présence à Lyon du remake fait par Scorsese du tout premier film “La sortie des usines des Frères Lumière”. En voici quelques photos.

Prochain article

cinema

"Vers l'autre rive", un film beau, simple et évident