DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Petite Meller : French lolita à la conquête de l'Angleterre


le mag

Petite Meller : French lolita à la conquête de l'Angleterre

En partenariat avec

Une petite française dans le mode musical. Une lolita qui joue à fond cette carte certainement plus qu’elle ne l’est vraiment. Bref elle s’appelle Petite, Petite Meller, née à Paris d’une mère française et d’un père polonais…

Après avoir bossé sa philo à la Sorbonne elle présente peu à peu ses titres (lesquels feront forcément un album un jour… ) dont ce Barbaric.

Petite Meller : “Avec le temps j’ai inventé mon propre genre qui est le nouveau-jazzy-pop. C’est un mélange de jazz de chansons françaises et de house une sorte de piano house. J’ai tout mélangé à ma façon et j’ai travaillé avec beaucoup de producteurs sur mon album en Suède, à Londres, à L.A…”

“Barbaric” fait suite à ce “Baby Love” acidulé dont le clip avait été tourné en Afrique :

Petite Meller : “En premier lieu c’est le son qui vient. Comme dans Baby Love, nous avons écrit en studio en Suède. Et ça a commencé comme avec une beat box que j’ai faite avec ma voix… Et ça avait l’air africain, on a ajouté des bongos des congas et le son et rythme étaient très africains. A partir de ce son j’ai décidé que j’allais tourner les images en Afrique. Donc les idées des vidéos viennent toujours de la musique.”

La petite a été remarquée (et pas uniquement pour son Blush criard sur les joues) par les Anglais où d’ailleurs elle est actuellement en train de tourner en ce moment…

Petite Meller : “Je porte ce type de blush et les gens ont l’habitude de se moquer de moi mais je pense qu’il faut porter fièrement ses traumatismes. Mon blush vient d’un coup de soleil que j’ai eu étant enfant et je pense que les gens devraient être fiers de ce qu’ils portent dans leur sac à dos et dans leur passé.”

Le choix de la rédaction

Prochain article

le mag

Paris retrouve son Musée de l'Homme