DERNIERE MINUTE

Le Japon aura été la grande révélation de cette Coupe du monde en gagnant trois matches de poule, dont le premier 34-32 face à l’Afrique du Sud.

Les “Brave Blossoms” n’ont pas réussi à se qualifier pour les quarts de finale, mais ils ont suscité des vocations.

De plus en plus d’enfants s’essaient au ballon ovale à Tokyo, et ailleurs dans l’archipel.

Une véritable “rugby mania” alors que le pays du Soleil-Levant organisera la prochaine édition du Mondial en 2019.

Pour cet éducateur, Koji Watanabe, “le regard des gens sur l‘équipe nationale a changé avec le succès obtenu aux dépens des Springboks”.

Finie l’image désastreuse de 1995 quand les Néo-Zélandais avaient humilié les Japonais 145 à 17.

Depuis, le nombre de licenciés dans le pays a plongé de 167 000 à 106 000, à cause aussi de la concurrence du football.

Cette tendance pourrait donc s’inverser d’autant que les “Sunwolves”, basés à Tokyo, vont intégrer l’an prochain le SuperRugby.

Ce championnat n’opposait jusque-là que les meilleurs clubs de l’hémisphère sud.