DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Arrivederci Expo Milano 2015 : échec ou succès ?


monde

Arrivederci Expo Milano 2015 : échec ou succès ?

L’exposition universelle à Milan ferme ses portes le 31 octobre et c’est l’heure du bilan, un exercice toujours difficile à faire pour les événements de cette ampleur.

Il est encore tôt pour fournir des chiffres exacts, chaque pavillon insistant déjà sur le succès de sa présentation.

Le thème de l’expo, c‘était Nourrir la planète – Énergie pour la vie.

Mais certains ont dénoncé l’hypocrisie derrière ce thème.

Le jour de l’inauguration une manifestation a tourné au saccage de la ville de Milan. Des casseurs ont infiltré le défilé “No Expo”, qui dénonçait le gaspillage de l’argent public et l’emploi pour Expo de travailleurs précaires et de volontaires.

Notre reporter Cecilia Cacciotto a interviewé certains des acteurs clefs de ce projet.

Piero Galli, directeur général de Expo, est plutôt fier d’annoncer que plus de 20 millions de personnes ont visité l’exposition : “C‘était notre objectif et nous l’avons atteint. On a réussi à dépasser le scepticisme qu’il a fallu affronter au départ et maintenant nous sommes fiers d’avoir pu montrer au monde entier les capacités italiennes.”

Expo, un grand succès ?

Expo n’a pas pu nous donner de chiffres sur les rentrées financières. Expo nous assure que pour le moment ils n’ont pas ces informations disponibles.

Est-ce possible?

“Oui, c’est possible”, nous explique Gianni Barbacetto, journaliste au “Il Fatto Quotidiano”. Avec Marco Maroni il est l’auteur de “Il gran ballo dell’Expo”, aux éditions de la Chiarelettere : “Le grand problème avec Expo c’est le manque total de transparence : au début avec les données sur les visiteurs, et après avec celles sur les revenus. Expo était supposé représenter le nouveau visage de l’Italie, le visage d’un pays dynamique. C’est pour cela que pendant toutes les conférences de presse, Expo amplifiait chaque information positive.”

Enormes investissements

Expo a coûté quelques 2,6 milliards d’euros (données officielles : 1.3 milliard d’euros d’investissement public, 0.3 milliards d’euros grâce aux sponsors privés et 1 milliard des participants officiels.)

Pour l’Italie, les retombées économiques de l’exposition sont estimées à 10 milliards d’euros, dont 5 qui devraient avoir un impact positif sur le tourisme. “Nous avons transformé Milan en une porte d’entrée de l’Italie”, a declaré Piero Galli.

“Je l’espère vraiment, dit Marco Pozzi, cinéaste italien, en septembre j’ai pu voir des touristes qui visitaient l’expo à Milan et qui prévoyaient de visiter la région”.
Marco Pozzi, qui est un peu déçu cependant : “Je l’ai visitée deux fois, j’ai eu l’impression de visiter un grand Luna Park, une foire aux vins et à la cuisine. Je suis déçu parce que je n’ai pas trouvé beaucoup de réflexion sur le thème de l’expo : nourriture et planète Terre.” En revanche j’ai adoré le pavillon suisse

Expo a-t-elle été capable de donner une réponse concrète à un besoin vital : être en mesure de garantir la santé, la sécurité et suffisamment de nourriture pour tout le monde, tout en respectant la planète et son équilibre ?

Expo a-t-elle parlé de la faim dans le monde ? (800 millions de personnes souffrent de malnutrition et 1,3 milliards de tonnes de nourriture par an sont produites mais jamais mangées. source WFP)

EXPO et les ONG

“Bien sûr nous l’avons fait, se défend Piero Galli, Expo a été inaugurée par un grand débat sur ce thème “Nourrir la planète, énergie pour la vie”, qui a rassemblé des scientifiques, la société civile et des institutions.
Ces discussions ont conduit à la Charte de Milan, un document qui engage les citoyens, les institutions, et les associations à garantir le droit à la nourriture pour les générations futures.”

“C’est juste une charte de bonnes intentions, ce n’est pas contraignant, ça veut dire qu’au final ça ne donne pas grand chose”, regrette Gianni Barbacetto.

Même Caritas Internationalis a une opinion négative sur la charte, selon son secrétaire général Michel Roy : “Dans cette charte on n’entend pas la voix des pauvres, on ne voit pas la volonté de changer les structures économiques qui sont les causes de l’injustice et de la faim.”

La Communauté de Sant’Egidio n’a en revanche pas une mauvaise opinion sur Expo. (Chaque année la Communauté Sant’Egidio distribue 500 tonnes de nourriture à 20 000 pauvres, juste en Italie.) : “Expo a été une surprise du point de vue de la participation. Il y a eu beaucoup de gens, beaucoup de projets, beaucoup d’idées, et maintenant nous verrons si c’est suivi d’actions”, dit Roberto Zuccolini, de la Communauté Sant’Egidio.

Files d’attente

Enfin , la dernière preuve du succès public ce sont les immenses files d’attente quotidiennes, et les plaisanteries à ce propos sur internet :




Pour aller plus loin

www.lemonde.fr

www.shanghaidaily.com

www.ceasiamag.com

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Ces Afghans qui meurent pour l'Iran en Syrie