DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

"Bachar El-Assad n'a aucun rôle à jouer dans l'avenir de la Syrie" (entretien avec le ministre des Affaires étrangères saoudien)

Alors que les pourparlers internationaux sur la Syrie ont tourné court ce vendredi à Vienne notre correspondante Daleen Hassan s’est entretenue avec

Vous lisez:

"Bachar El-Assad n'a aucun rôle à jouer dans l'avenir de la Syrie" (entretien avec le ministre des Affaires étrangères saoudien)

Taille du texte Aa Aa

Alors que les pourparlers internationaux sur la Syrie ont tourné court ce vendredi à Vienne notre correspondante Daleen Hassan s’est entretenue avec le ministre des Affaires étrangères saoudien. Adel Al Jubeir livre son sentiment sur les négociations.

“Nous avons soutenu que Bachar El-Assad n’a aucun rôle à jouer dans l’avenir de la Syrie et qu’il doit quitter à un moment ou à un autre ce processus. Nous avons toujours soutenu cela et notre position n’a pas changé. Nous avons également appelé au retrait des forces étrangères de Syrie. Nous pensons par exemple que les forces iraniennes sont des forces d’occupation. C’est inacceptable et ce ce que nous avons réitéré. Nous nous sommes également engagés pour que l’intégrité territoriale de la Syrie soit maintenue, pour que l’avenir de la Syrie soit démocratique et que les droits de tous ses citoyens et des minorités soient protégés.Nous sommes aussi tombés d’accord sur la nécessité de fournir un plus grand accès à l’aide humanitaire pour venir en aide au peuple syrien.

Les discussions ont aussi porté sur le sort des combattants étrangers en Syrie. Le ministre saoudien est catégorique.

“En ce qui concerne le départ des combattants étrangers de la Syrie, il y a eu un désaccord majeur sur ces questions. Un petit nombre de pays a insisté sur ce point, l’Iran et la Russie notamment. Mais la grande majorité des pays étaient pour une définition claire des modalités de départ de Bachar al-Assad des forces étrangères.
Nous avons dit très clairement au groupe que nous étions prêts à soutenir l’opposition syrienne modérée à tous les niveaux possibles et que nous allions continuer à le faire. Nous avons également dit très clairement que nous souhaitions une solution politique au plus vite, mais nous nous sommes engagés à soutenir nos frères et soeurs syriens par tous les moyens dont ils ont besoin afin d’obtenir une victoire militaire.

A Vienne, le ministre saoudien en a aussi profité pour faire le point sur la situatiuon au Yémen où l’Arabie saoudite est engagée militairement face à la rébellion houthiste avec en toile de fond un conflit entre chiites et sunites

“Eh bien, nous avons dit concernant la guerre au Yémen qu’il y avait des indications qu’elle entrait dans une phase finale. Je ne peux pas vous dire combien de temps cela prendra mais les forces gouvernementales légitimes ont repris le contrôle d’une grande partie du territoire. Il reste encore des zones qui doivent être libérées, dont la capitale Sanaa, mais nous allons dans la bonne direction.

“Les Houthis et les Yéménites ont le droit de faire partie du processus politique au Yémen, nous avons dit cela dès le début. La seule chose qu’ils ne peuvent pas avoir c’est d’avoir une position privilégiée parce que cela les distinguerait des autres Yéménites et ce ne serait pas juste. Ils ne peuvent pas non plus avoir une milice extérieure aux institutions de l’Etat .”