DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Un tournant dans la guerre en Syrie : les Américains envoient des forces spéciales


Syrie

Un tournant dans la guerre en Syrie : les Américains envoient des forces spéciales

Comme c’est déjà le cas en Irak, des soldats américains vont être déployés en Syrie pour conseiller et entraîner les rebelles modérés anti-Bachar El Assad.
Ainsi en a finalement décidé Barak Obama alors qu’en Autriche les pourpalrers internationaux sur la Syrie n’ont guère progressé.
Avant de quitter Vienne John Kerry a donné quelques précisions.

Parvenir à une transition politique

John Kerry, Secrétaire d’Etat américain : “Le président a autirisé un petit détachement des forces spéciales américaines qui sera déployé dans le nord syrien. Ce détachement aidera à coordonner les efforts des forces terrestres locales et ceux de la coalition pour lutter contre DAESH. Mais en réalité les Etats-Unis et ses partenaires considèrent qu’il n’y à rien d’autre à faire de plus pour lutter contre DAESH que de parvenir une transition politique en Syrie.”

Afin que le message soit bien entendu, l’armée US va également déployer des avions d’attaque au sol et des chasseurs F-15 sur une base aérienne turque. Avec un objectif : le renforcement de la lutte contre le groupe Etat islamique.
A la tête d’une coalition de plus de 60 pays, les Etats-Unis bombardent depuis un an des positions de l’EI et d’autres groupes jihadistes en Syrie et en Irak.
Depuis un mois la Russie en fait autant mais Moscou est accusée de soutenir en réalité le régime de Bachar El Assad.

Face à la résistance de l’Etat islamique et ses inquiétants moyens comme ce fut le cas durant une parade militaire en juillet 2014, les Américains ont précisé que les forces spéciales qui partiront en Syrie resteront pour l’instant limitées à une cinquantaine d’hommes.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

La Russie et l'Iran, les deux soutiens clefs de Bachar Al-Assad