DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

A Vienne, les grandes puissances "d'accord pour ne pas être d'accord"


Autriche

A Vienne, les grandes puissances "d'accord pour ne pas être d'accord"

Plus de huit heures de discussion, et la décision de se retrouver dans quinze jours : les discussions à Vienne sur la Syrie n’ont pas donné de résultat significatif. Américains, Russes, Saoudiens et Iraniens entre autres ont tenté de trouver des pistes de réflexion sur la fin de la guerre qui a fait 250.000 morts en Syrie. Et John Kerry n’hésite pas à manier l’ironie quand il revient sur ces discussions :
“Sergueï Lavrov, Javad Zarif, moi-même et les autres sommes d’accord pour ne pas être d’accord. La position des Etats-Unis est qu’il n’est pas question que le président Assad puisse rassembler et gouverner la Syrie et nous pensons que les Syriens méritent un autre choix. Notre but est de travailler avec des Syriens de plusieurs factions pour développer ce choix mais nous ne pouvons pas laisser nos différences empêcher la diplomatie de mettre fin aux tueries et trouver une solution”.

“Nous avons enfin réussi à rassembler autour d’une même table tout le monde sans exception”, s’est félicité Sergueï Lavrov.

“Je crois que ni les Etats-Unis ni la Russie ne veulent revenir à une guerre d’influence”, a t-il ajouté.

A Vienne, notre envoyée spéciale Daleen Hassan :
“A l’issue de ces longues heures de discussion une nouvelle rencontre a été planifiée. le futur du président syrien sera la principale question de cette prochaine rencontre. Mais les observateurs ont souligné la participation de Ryad et Téhéran; un signe de rapprochement international et régional afin de trouver une solution politique à la crise syrienne et non pas uniquement montrer l’intention de discuter”.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

"Bachar El-Assad n'a aucun rôle à jouer dans l'avenir de la Syrie" (entretien avec le ministre des Affaires étrangères saoudien)