DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Egypte : controverse sur la présence d'une bombe dans l'avion russe


Egypte

Egypte : controverse sur la présence d'une bombe dans l'avion russe

Alors que Londres prépare le rapatriement de ses touristes en jugeant “plus que probable qu’une bombe ait causé la catastrophe”, les analyses des boîtes noires se poursuivent.

Cinq jours après le drame qui a vu périr 224 personnes, en grande majorité des Russes, les causes du crash ne sont toujours pas formellement établies alors que le groupe jihadiste Etat islamique a réaffirmé être à l’origine de la catastrophe.

Si en Russie et en Egypte, l’option d’une défaillance technique n’est pas exclue on parle aussi de “spéculations”. A Washington comme à Londres, on privilégie ouvertement la thèse d’un attentat comme l’explique le ministre britannique de la Défense : “eh bien, nous ne pouvons pas être certains à l’heure actuelle, mais il semble plus que probable qu’il s’agissait d’une bombe, placée à bord de l’avion de ligne. L’Etat islamique l’a revendiqué mais nous n’avons aucune preuve de cela. Il est donc impossible d‘être sûr, mais nous devons prendre toutes les précautions maintenant étant donné qu’il y a tant de citoyens britanniques à Charm el-Cheik”, explique Michael Fallon.

Les compagnies en ordre dispersé

Dans l’attente d’instructions officielles, Londres a suspendu dès hier tous les vols entre Charm el-Cheikh et le Royaume-Uni. De son côté, la Lufthansa a annoncé l’interruption “par précaution” des vols du groupe à destination de la station balnéaire égyptienne. Plusieurs compagnies ont annulé leurs vols comme Easyjet et Turkish Airlines et Air France qui n’a pas de vol direct vers cette destination a choisi de ne plus voler au-dessus du Sinaï.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Un nouveau Premier ministre par intérim en Roumanie