DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Partir ou rester : le dilemme des touristes en Egypte

Le rapatriement de touristes britanniques et russes se poursuit à Charm el-Cheikh, après le crash de l’Airbus de la Metrojet, dont on ignore toujours

Vous lisez:

Partir ou rester : le dilemme des touristes en Egypte

Taille du texte Aa Aa

Le rapatriement de touristes britanniques et russes se poursuit à Charm el-Cheikh, après le crash de l’Airbus de la Metrojet, dont on ignore toujours les causes officielles. Si la piste de l’attentat est privilégiée par de nombreux experts, les autorités du Caire, elles, n‘écartent toujours aucune hypothèse.

Depuis la catastrophe, la célèbre station balnéaire égyptienne s’est quelque peu vidée, comme l’explique cette touriste russe : “Il y avait beaucoup de gens qui arrivaient de Russie et d’autres pays. Et là, ça s’est arrêté. Le secteur du tourisme risque de s’effondrer”, craint-elle.

La sécurité aux abords des plages et des hôtels a été renforcée pour rassurer les vacanciers. Malgré les rapatriements organisés par leurs gouvernements, de nombreux Russes et Britanniques ont fait le choix de ne pas rentrer dans leur pays. “Je suis à Charm el-Cheikh depuis 21 jours. Après le crash d’avion, nous avons décidé de rester cinq jours de plus, car on préfère rester ici. Il faut faire passer le message qu’on se sent en sécurité ici”, dit cette Britannique.

5.000 des quelque 20.000 touristes britanniques en Egypte auraient déjà été rapatriés par Londres. De son côté, Moscou a annoncé lundi que 25.000 de ses ressortissants étaient rentrés au pays, soit environ un quart des Russes actuellement en Egypte.