DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Scandale du dopage : les athlètes en première ligne


Sport

Scandale du dopage : les athlètes en première ligne

Alysia Montaño ne court pas après le temps perdu, mais après les médailles volées ou envolées.

La spécialiste américaine du 800 mètres a terminé cinquième des Jeux olympiques de Londres en 2012.

Elle avait été devancée notamment par deux athlètes russes, Mariya Savinova et Ekaterina Poistogova, qui risquent une suspension à vie pour dopage.

Alysia Montaño : “Vous ne pouvez pas me rendre la cérémonie de remise des médailles. Vous ne pouvez pas me rendre les festivités avec ma famille. Vous ne pouvez pas me rendre le moment où je regarde mon drapeau être hissé, où je me tiens là debout et fière de représenter mon pays. Vous ne pouvez pas me rendre tout ça. En fin de compte, tout ça m’a été volé”.

L’Agence mondiale antidopage, qui a publié lundi le rapport accablant pour Moscou, recommande de suspendre la Russie de toute compétition d’athlétisme.

Tatyana Lebedeva, ancienne championne olympique de saut en longueur, est la vice-présidente de la Fédération russe d’athlétisme : “Cet appel à interdire aux athlètes de participer aux prochaines compétitions a été une surprise. Cela m’a d’autant plus étonné que cette mesure n’affecterait que la Russie alors que les scandales continuent dans le monde entier, au Kenya, en Afrique et en Europe. C’est un problème partagé et nous devrions le résoudre ensemble.”

C’est ce vendredi que la Fédération internationale d’athlétisme rendra son verdict, qu’elle dira si les athlètes russes sont autorisés, ou non, à participer l’an prochain aux Jeux de Rio.

Nigel Currie travaille comme consultant dans le sponsoring : “Les Jeux olympiques ont déjà survécu à des boycotts par le passé, mais nous vivons dans un monde moderne où les gens veulent voir concourir les meilleurs athlètes des meilleurs pays”.

De son côté, Grigory Rodchenko, le directeur du laboratoire antidopage de Moscou où 1417 échantillons auraient été détruits, a présenté sa démission.

Pour les observateurs, la Russie espère ainsi – en désignant un bouc-émissaire – éviter le pire : voir les Jeux de Rio se disputer sans ses athlètes…

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Sport

Dopage dans l'athlétisme russe : et maintenant ?