Le ministre des Finances allemand compare le flux des migrants à une avalanche

Access to the comments Discussion
Par Laurence Alexandrowicz  avec AFP
Le ministre des Finances allemand compare le flux des migrants à une avalanche

<p>La crise migratoire perturbe toujours la politique allemande, et les ministres du gouvernement qui multiplient les annonces contradictoires . Alors que l’Allemagne pourrait dépenser jusqu‘à 14,3 milliards d’euros d’argent public l’an prochain pour l’accueil et l’intégration des réfugiés, le tweet du ministre des Finances fait l’effet d’une bombe : </p> <p>“Vous pouvez déclencher des avalanches quand un skieur plutôt insouciant va sur la piste, écrit Wolfgang Schäuble… et déplace un peu de neige”.<blockquote class="twitter-tweet" lang="de"><p lang="de" dir="ltr">“So falsch wie fatal” – Kritik am <a href="https://twitter.com/hashtag/Lawinen?src=hash">#Lawinen</a>-Vergleich von <a href="https://twitter.com/hashtag/Sch%C3%A4uble?src=hash">#Schäuble</a> (nd) <a href="https://t.co/Nwqn8E6jlQ">https://t.co/Nwqn8E6jlQ</a></p>— <span class="caps">ZEIT</span> <span class="caps">ONLINE</span> Politik (@zeitonline_pol) <a href="https://twitter.com/zeitonline_pol/status/664787250081845248">12. November 2015</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script></p> <p>“Des hommes dans le besoin ne sont pas une catastrophe naturelle, s’insurge le ministre de la Justice Heiko Maas. On devrait débattre sans jeter de l’huile sur le feu”.<blockquote class="twitter-tweet" lang="de"><p lang="de" dir="ltr">Menschen in Not sind keine Naturkatastrophe. Wir sollten <a href="https://twitter.com/hashtag/Fl%C3%BCchtlingsdebatte?src=hash">#Flüchtlingsdebatte</a> besonnen führen u nicht mit Worten Öl ins Feuer gießen. <a href="https://twitter.com/hashtag/Lawine?src=hash">#Lawine</a></p>— Heiko Maas (@HeikoMaas) <a href="https://twitter.com/HeikoMaas/status/664754615754358784">12. November 2015</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script></p> <p>“Pas une avalanche, renchérit Bernd Riexinger de l’extrême gauche <span class="caps">DIE</span> <span class="caps">LINKE</span>, mais un boomerang et un rendez-vous avec votre politique impitoyable de m…” <blockquote class="twitter-tweet" lang="de"><p lang="de" dir="ltr">Keine <a href="https://twitter.com/hashtag/Lawine?src=hash">#Lawine</a> sondern ein Bumerang und ein Rendezvous mit Ihrer rücksichtslosen Sch***Politik, Herr <a href="https://twitter.com/hashtag/Schaeuble?src=hash">#Schaeuble</a>. <a href="https://t.co/SemY81bels">https://t.co/SemY81bels</a></p>— Bernd Riexinger (@b_riexinger) <a href="https://twitter.com/b_riexinger/status/664706429450887168">12. November 2015</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script></p> <h3>“Le droit à l’asile est un droit fondamental européen”</h3> <p>Le ministre des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier, a regretté que l’Allemagne, principal pays d’accueil des demandeurs d’asile, soit bien seule dans cette affaire : Berlin réclame plus de solidarité européenne. “Le droit à l’asile n’est pas seulement un droit fondamental allemand mais si je me souviens bien un droit fondamental européen”, ironise Steinmeier. D’autres pays, en Europe de l’Est ou encore la Grande-Bretagne, traînent des pieds pour ouvrir leurs portes.</p>