DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le parlement ukrainien adopte difficilement un amendement en faveur des homosexuels


Ukraine

Le parlement ukrainien adopte difficilement un amendement en faveur des homosexuels

Il s’agit d’une mesure inscrite dans le code du travail visant à interdire désormais les discriminations envers les gays. Cette dernière était réclamée depuis longtemps par l’Union européenne en préalable à une libéralisation du régime des visas.

Les parlementaires ont dû s’y reprendre à plusieurs fois pour l’adopter.

Le président Porochenko a salué une victoire sur les discriminations. Ce député, membre de son parti estime qu’avec ce vote l’Ukraine montre qu’elle appartient bien à l’Europe et non plus à l‘ère post-soviétique dont elle essaye de couper le lien, difficilement certes, mais en avançant”.

L’opposition dénonce un vote marqué selon elle par des irrégularités. Elle rappelle “la diversité des opinions quant à ce sujet sensible et elle craint une nouvelle polarisation de la société”.

Le gouvernement a tenu à rappeler que les “valeurs familiales étaient indestructibles” alors que des fausses informations faisaient état d’une possibilité de mariage gay.

L’homosexualité, qui était punie par la loi en URSS, reste très stigmatisée en Ukraine, ex-république soviétique où l‘Église orthodoxe et gréco-catholique ont une forte influence.

“Pour voyager en Europe sans visas, les Ukrainiens doivent d’abord obtenir les recommandations pertinentes de la Commission européenne, puis une décision positive du Parlement européen. Kiev espère qu’un régime sans visas avec l’Europe pourra être introduit en 2016. Cependant, même dans ce cas, le droit de traverser la frontière européenne sans visa sera uniquement accordé aux titulaires de passeports biométriques”, explique notre correspondante à Kiev, Maria Korenyuk.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

La Grèce à l'arrêt : grève générale contre l'austérité