DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Bain de sang au Bataclan

Au pire moment des attentats perpétrés ce vendredi dans la capitale française, un groupe d’hommes armés a pris d’assaut ‘Le Bataclan’, une des salles

Vous lisez:

Bain de sang au Bataclan

Taille du texte Aa Aa

Au pire moment des attentats perpétrés ce vendredi dans la capitale française, un groupe d’hommes armés a pris d’assaut ‘Le Bataclan’, une des salles de spectacle les plus connues de Paris, où un concert de rock se déroulait devant 1500 personnes.

Les assaillants ont ouvert le feu et pris des otages, provoquant des mouvements de panique dans la salle que les spectateurs essayaient de fuir. Selon les dernières informations, au moins 82 personnes seraient tuées.

Plus tard, juste avant minuit, des commandos de police ont lancé un assaut sur le bâtiment. Au moins trois assaillants se sont fait exploser en actionnant leur ceinture d’explosifs, un autre a été abattu par la police.

Vers 22 heures, trois ou quatre hommes vêtus de noir et armés de fusils d’assaut ont ouvert le feu sur la foule, tirant au hasard sur les personnes en panique.

Selon le récit de la presse, le groupe de rock californien Eagles of Death Metal, qui se produisait ce soir-là au Bataclan, a réussi à échapper au massacre.
La femme du batteur Julian Dorio a dit au quotidien “Washington Post” que son mari l’avait appelée pour dire qu’il était en sécurité. « Tous ceux qui étaient sur scène ont pu s’échapper », aurait-t-il ajouté.

Julien Pearce, le journaliste d’Europe 1 qui participait au concert, a déclaré à CNN que c’était un “bain de sang”. “Ils ne criaient pas, ils ne disaient rien, ils étaient juste en train de tirer sur les gens”, a-t-il dit.

Cependant, selon d’autres témoignages, l’un des agresseurs aurait crié «Dieu est grand» en arabe.

Une source proche de l’enquête, citée plus tard par l’AFP, a déclaré que les forces de sécurité avaient décidé d’intervenir “très rapidement parce qu’ils tuaient tout le monde».
“C’était dégoutant à l’intérieur, un vrai bain de sang, il y avait des gens qui avaient reçu une balle dans la tête, d’autres qui ont été abattus alors qu’ils étaient couchés sur le sol”, a dit à l’AFP un policier qui avait participé à l’assaut.

Daniel Psenny, journaliste au « Monde » qui vit derrière Le Bataclan, a reçu une balle dans le bras. “Il a vu le drame se dérouler sous ses fenêtres et est sorti dans la rue pour secourir les blessés qui s’étaient échappés de la salle de concert”: http://www.lemonde.fr/attaques-a-paris/article/2015/11/14/daniel-psenny-journaliste-au-monde-j-ai-senti-comme-un-petard-qui-explosait-dans-mon-bras_4809665_4809495.html.

Le journaliste a filmé la scène de sa fenêtre :


Images de la fusillade au Bataclan par lemondefr

Samedi matin, toute la zone est restée bloquée.