DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Retour sur le déroulé des attentats à Paris perpétrés par trois équipes coordonnées

Le procureur de la République de Paris, François Molins, est revenu très précisément sur le déroulé des événements lors d'une conférence de presse.

Vous lisez:

Retour sur le déroulé des attentats à Paris perpétrés par trois équipes coordonnées

Taille du texte Aa Aa

L’enquête sur les attentats ne fait que débuter mais le procureur de Paris a déjà dévoilé ce samedi les premiers éléments révélés par les investigations des forces de l’ordre.

L’identification en marche

Ainsi un passeport syrien a été retrouvé près de l’un des kamikazes du stade de France. Un assaillant du Bataclan a été par ailleurs identifié comme étant un ressortissant français.

Sept terroristes sont morts dans cette série d’attaques.

Voici le déroulé des événements livré par François Molins :

21h20 : attentat-suicide près du Stade de France

“A 21h20, tandis que se déroule le match de football entre la France et l’Allemagne au Stade de France, une première explosion retentit rue Jules Rimet à Saint-Denis à hauteur de la porte D du stade.”

“Sur place ont été découverts deux corps dont l’un est apparu comme étant celui d’un kamikaze avec une ceinture d’explosifs composée de TATP.”

21h25 : fusillade rue Alibert et rue Bichat

“A 21h25, c’est la seconde scène, à l’angle de la rue Alibert et la rue Bichat, dans le Xe arrondissement de Paris, des personnes qui étaient attablées au bar le Carillon et au restaurant le Petit Cambodge ont été victimes de tirs de kalachnikov. Sur place, ont été découverts des douilles de différents calibres, et notamment de 7,62mm.”

“A cette heure le bilan sur cette scène de crime s‘établit à 15 personnes décédées et à dix victimes en état d’urgence absolue.”

21h30 : un deuxième kamikaze se fait exploser

L’explosion survient près de la porte H du Stade de France. Le kamikaze active sa ceinture d’explosifs. Il meurt sur le coup mais ne fait pas de blessés.

21h32 : 5 morts rue Fontaine-au-Roi

“A 21h32, à l’angle de la rue Fontaine-au-Roi et de la rue du Faubourg du Temple dans le XIe arrondissement, une nouvelle fusillade devant le bar “A la Bonne Bière” a entraîné la mort de 5 personnes et l‘évacuation de 8 personnes blessées en urgence absolue.”

21h36 : l’horreur se poursuit rue de Charonne

“A 21h36, au 92 rue de Charonne, au restaurant la Belle équipe, de nouveaux tirs de fusils d’assaut ont causé la mort de 19 personnes qui étaient attablées en terrasse de l‘établissement.”

21h40 : un kamikaze se donne la mort boulevard Voltaire

“Aux alentours de 21h40, au 253 boulevard Voltaire à l’intérieur du restaurant le comptoir Voltaire, un kamikaze se donnait la mort à son tour et a été trouvé porteur d’un dispositif explosif identique aux deux premiers kamikazes du Stade de France.”

21h40 : trois hommes pénètrent dans le Bataclan

“A 21h40, un véhicule Volkswagen Polo de couleur noire se stationne devant la salle de spectacle le Bataclan au 50 boulevard Voltaire. Trois individus porteurs d’armes de guerre en sortent, ils vont faire irruption dans la salle et tirer en rafale en plein concert pour ensuite prendre en otage le public qui, semble-t-il, a été regroupé dans la fosse devant l’orchestre. C’est ce qui explique que ce soit là que l’on trouve le plus de victimes.”

21h53 : dernier attentat-suicide

A 21h53, une dernière déflagration survient à 400 mètres du Stade de France. Un quatrième kamikaze se donne la mort sans faire d’autres victimes.

0h20 : l’assaut du raid

“Les terroristes du Bataclan, lors des pourparlers tenus brièvement, ont évoqué la Syrie et l’Irak. Lors de l’assaut donné ves 00h20 par la BRI et le RAID, trois terroristes ont trouvé la mort : le premier tué par un tir des forces de l’ordre, et l’explosion du dispositif qu’il portait. En ce qui concerne les deux autres : chacun a actionné une ceinture explosive qu’il portait. Ils les ont donc actionnées au moment de l’assaut des forces de l’ordre.”

“On peut, à ce stade des investigations, dire que ce sont trois équipes de terroristes coordonnées qui sont à l’origine de cette barbarie”, a conclu François Molins.