DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le G20 veut renforcer la lutte contre le financement du terrorisme


Turquie

Le G20 veut renforcer la lutte contre le financement du terrorisme

Trois jours après les attentats de Paris, les grandes puissances du G20 se sont une nouvelle fois engagées lundi à renforcer leur lutte contre le financement du terrorisme.

Pour la première fois les dirigeants du G20 ont aussi convenu de renforcer leurs contrôles aux frontières.

Pas question en revanche pour le G20 d’envisager une intervention militaire en Syrie. Beaucoup d’Etats y restent opposés et notamment les Etat-Unis. C’est ce qu‘à confirmé de nouveau le président Obama.
“Daesh est le visage du mal et certains ont suggéré que nous devrions déployer un grand nombre de troupes américaines sur le terrain. Mais ce n’est pas du tout mon point de vue ni celui de mes plus proches conseillers civils et militaires qui estiment que ce serait une erreur”, a déclaré le président américain.

Daesh est le visage du mal

Malgré l’unanimité de façade dans la lutte contre le financement de Daesh, Vladimir Poutine a, de son côté, renvoyé le G20 à ses responsabilités. “Il a été dit que les canaux de financement d’activités terroristes devaient être coupés”, a souligné le président russe. Mais de préciser aussitôt : “j’ai donné des exemples basés sur des informations dont nous disposons sur le financement de Daesh qui serait aidé par des individus provenant d’une quarantaine de pays dont certains sont membres du G20 “.

Alors que Daesh, dans une vidéo publiée ce lundi sur les réseaux sociaux a lancé de nouvelles menaces, le G20 a certes reconnu que le terrorisme était un problème majeur pour la planète. Il n’empêche : la communauté internationale reste passablement divisée quant aux méthodes à mettre en oeuvre pour éradiquer ce fléau.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

La jeunesse en première ligne à la minute de silence à la Sorbonne