DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La Belgique rejette les accusations de défaillance

Après les attentats de Paris, la Belgique est accusée d’une certaine faiblesse dans la lutte antiterroriste. Les forces d’intervention belges ont

Vous lisez:

La Belgique rejette les accusations de défaillance

Taille du texte Aa Aa

Après les attentats de Paris, la Belgique est accusée d’une certaine faiblesse dans la lutte antiterroriste. Les forces d’intervention belges ont pourtant mené lundi une opération d’envergure dans le commune bruxelloise de Molenbeek. Mais la police n’a pas mis la main sur Salah Abdeslam, l’un des auteurs des attaques dans la capitale française.

Mais certaines voix n’hésitent pas à désigner le pays comme un maillon faible. Une critique rejetée par le ministres des Affaires étrangères. Didier Reynders rappelle qu’en « début de cette année, tout le monde a félicité une opération qui a eu lieu à Verviers et à Bruxelles, qui a permis de stopper un certain nombre de possibles attentats terroristes ». Il souligne d’ailleurs que les autorités comptent tout faire pour démanteler les filières en Belgique mais aussi ailleurs en Europe.

Le gouvernement belge a décidé de renforcer ses moyens militaires mis en place en janvier dernier après l’attentat contre Charlie Hebdo. 300 soldats supplémentaires seront déployés pour participer à la surveillance de différents sites du pays.

Dans le même temps, les autorités ont décidé d’annuler le match amical de football entre la Belgique et l’Espagne qui devait se tenir à Bruxelles. Salah Abdeslam aurait été aperçu à proximité du stade.