DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

La Commission veut enrayer le trafic d'armes


Le bureau de Bruxelles

La Commission veut enrayer le trafic d'armes

La Commission européenne a adopté un ensemble de mesures pour lutter contre le trafic d’armes. L’objectif est de rendre plus difficile l’acquisition d’armes à feu, en particulier sur internet. Il s’agit aussi d’améliorer la traçabilité par la mise en œuvre de règles communes de marquage. L’institution veut aussi harmoniser les protocoles de neutralisation .
Le chercheur de l’Institut flamand de la paix, Nils Duquet, souligne en effet qu’il n’est pas très difficile pour les criminels de se procurer des armes en Europe. « Après la guerre en Yougoslavie, de nombreuses armes sont restées entre les mains de citoyens. Or face aux difficultés économiques certaines personnes vendent leurs armes, pour peut-être 500 euros, et elles arrivent ainsi dans les réseaux de trafiquants en petite quantité et entrent dans l’espace Schengen ».
Au lendemain des attaques de Paris, la France a aussi souhaité un meilleur contrôle des frontières. Mais le Commissaire en charge des Affaires intérieures a rappelé qu’il n’est pas question de remette en cause l’espace Schengen. « C’est à la France de décider si en l‘état actuel les frontières extérieures ont besoin de plus de protection », précise Dimitris Avramopoulos. Il a ajouté son souhait de parvenir d’ici la fin de l’année à un accord avec les autres institutions européennes sur la mise en place d’un fichier PNR, un fichier européen des passagers aériens.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Auto-traduction

Prochain article

Le bureau de Bruxelles

L'Union européenne solidaire avec la France après les attentats de Paris