DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

A Saint-Denis, la première femme kamikaze de France

Deux personnes ont été tuées dans l’assaut antiterroriste mercredi matin à Saint-Denis : un homme, dont on ignore encore l’identité, et une femme

Vous lisez:

A Saint-Denis, la première femme kamikaze de France

Taille du texte Aa Aa

Deux personnes ont été tuées dans l’assaut antiterroriste mercredi matin à Saint-Denis : un homme, dont on ignore encore l’identité, et une femme, qui aurait actionné son gilet explosif.

C’est la première fois qu’une femme kamikaze se fait exploser en France. L’acte est inédit également pour le groupe État islamique, à l’exception de sa branche africaine, affirme le spécialiste David Thomson sur son compte Twitter. Cette femme n’a cependant pas nécessairement actionné ses explosifs pour combattre, mais peut-être davantage pour ne pas être arrêtée par les policiers.

Selon des médias français et belges, il s’agirait d’Hasna Aitboulahcen, une Française de 26 ans originaire de Clichy-la-Garenne en région parisienne. “Il semblerait qu’elle soit la cousine du cerveau des attentats de vendredi, a expliqué la sociologue Carole André-Dessornes à France 3. Elle a baigné dans un environnement qui a aussi favorisé cela. Donc, on a un autre phénomène qui est important par rapport à cela : c’est ce que l’on appelle l’effet mimétique et l’illusion groupale qui peut conduire, à partir du moment où on a une ou un qui commet l’acte, cela peut inspirer d’autres personnes à suivre.”

Outre son lien de parenté, Hasna Aitboulahcen partageait une grande proximité idéologique avec son cousin germain, Abdelhakim Abaaoud, le commanditaire présumé des attentats de Paris.

Elle faisait l’objet d‘écoutes administratives et judiciaires qui ont permis aux enquêteurs de remonter la piste de l’appartement de Saint-Denis.