DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Un télescope à l'échelle de la planète


science

Un télescope à l'échelle de la planète

En partenariat avec

Créer un télescope à l‘échelle planétaire c’est ce que vient d’annoncer l’Alma, le plus grand radiotélescope de la planète qui se situe dans le désert d’Atacama au Chili, et qui s’est associé avec d’autres télescopes dans le monde entier, comme le VLBA qui est lui même un réseau américain de radio télescopes, ou encore l’Iram en Espagne. L’objectif de cette collaboration c’est de pouvoir atteindre des précisions de l’ordre de 10 centimètres sur la lune.

Lars-Ake Nyman, directeur des opérations scientifiques de l’Alma : “C’est vraiment fantastique que tous ces pays travaillent ensemble parce qu’avec ces télescopes on va pouvoir en créer un qui aura plus ou moins la taille de la terre en terme de résolution et d’images. On peut étudier des objets très distants en détail et aussi des objets plus proches comme le centre de la voie lactée, le trou noir qui peut pratiquement être résolu avec ce type d’observations.”

L’Alma sera ainsi impliqué dans le projet de l’Event Horizon Telescope un réseau de télescopes terrestres combinant les données de stations d’interférométrie à très longue base situées sur la Terre afin d’observer notamment l’environnement immédiat de Sagittarius A, le trou noir supermassif du centre de la Voie lactée, avec un pouvoir de résolution permettant de détecter l’ombre de son horizon.

Lars-Ake Nyman : “Les astronomes peuvent proposer par écrit des observations et ensuite ces propositions sont étudiées et finalement elles sont programmées.”

Au cours d’un test effectué en août, l’Alma avec le NRAO, l’observatoire national américain de radioastronomie, a pu observer 3C 454.3, un quasar, une des sources des rayons gamma les plus brillantes dans le ciel.

Prochain article

science

Champagne et réchauffement climatique