DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Mali : chronologie des troubles depuis janvier 2012


monde

Mali : chronologie des troubles depuis janvier 2012

Retour sur quatre ans de violences terroristes au Mali.

2012 : les jihadistes occupent le nord du Mali

17 janvier : la rébellion touareg du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) et d’autres rebelles lancent une offensive dans le nord du pays.

22 mars : le régime d’Amadou Toumani Touré, est renversé.

Du 30 mars au 1er avril : la rébellion touareg et les groupes islamistes alliés à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) prennent le contrôle des capitales des trois régions du nord : Kidal, Gao puis Tombouctou.

Au cours de l’année Aqmi et ses alliés locaux prennent l’ascendant sur le MNLA et commettent de nombreuses exactions au nom de la charia.


2013 : Opération Serval

11 janvier : la France lance l’opération Serval pour stopper la progression des islamistes armés qui menaçaient de poursuivre leur offensive vers le sud.

26 et 28 janvier : les soldats français et maliens conquièrent le bastion islamiste de Gao (nord-est), avant d’entrer sans combat dans Tombouctou (nord-ouest).


2014: Kidal aux mains de rebelles touareg

21 mai : la ville de Kidal tombe sous le contrôle de groupes rebelles touareg et arabes après une lourde défaite de l’armée. Un cessez-le-feu est signé par Bamako et trois groupes armés, dont le MNLA.

13 juillet : la force Serval est remplacée par Barkhane, une opération plus large de lutte contre le jihadisme avec 3 000 soldats français mobilisés dans cinq pays du Sahel.


2015 : attentats et prises d’otage à Bamako

5 janvier : onze soldats sont tués dans une attaque d’un groupe rebelle contre leur garnison à Nampala, dans la région de Ségou (centre).

7 mars : un attentat contre un bar-restaurant au cœur de Bamako fait cinq morts. L’attaque est revendiquée par Al-Mourabitoune, le groupe jihadiste de l’Algérien Mokhtar Belmokhtar.

2 juillet : six Casques bleus burkinabè de la mission de l’ONU Minusma sont tués dans une attaque sur l’axe Goundam-Tombouctou (nord), revendiquée par Aqmi. La Minusma est mandatée pour veiller à l’application de l’accord de paix signé le 15 mai par le camp gouvernemental, puis le 20 juin par la rébellion à dominante touareg.

1er août : deux militaires sont tués dans une embuscade vers Nampala.

3 août : une dizaine de soldats sont tués dans une attaque contre leur camp dans la région de Tombouctou, revendiquée par Aqmi.

7 août : des hommes armés retiennent plusieurs personnes à l’hôtel Byblos de Sévaré, près de Mopti, d’où ils sont délogés près de 24 heures plus tard par les forces maliennes. 13 morts sont à déplorer.

20 novembre : les forces spéciales lancent un assaut contre l’hôtel Radisson de Bamako, où des assaillants retenaient 170 personnes. Au moins trois otages sont tués.

Avec AFP

monde

COP21 : les ONG à la recherche de plans B pour manifester en France