DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le surprenant littoral du Sultanat d'Oman


life

Le surprenant littoral du Sultanat d'Oman

En partenariat avec

Le littoral du Sultanat d’Oman est une vraie merveille : entre ses criques sublimes et ses plages de sable fin, on y construit encore des boutres traditionnellles et on y protège les tortues vertes de mer. C’est le menu de ce nouveau numéro d’“Oman Life”.

Notre voyage commence juste à proximité de la capitale Mascate sur une boutre, l’un des bateaux traditionnels du pays. Destination : la réserve naturelle de Bandar Khayran.

Cette véritable mangrove bordée de palétuviers avec ses petites îles et ses baies abritées est un éco-système unique. Un havre de paix pour de nombreux animaux.

Une grande variété d’oiseaux et de récifs coraliens

“La diversité marine et terrestre de Bander Khayran est très riche, explique Lubna Hamoud El Kharusi qui est à la tête de la recherche halieutique d’Oman. “La réserve compte une grande variété d’oiseaux, de récifs coralliens, de poissons et de mangroves : cela n’existe pas dans les autres réserves naturelles”, souligne cette chercheuse.

Les trésors d’Oman sont aussi sous-marins. Les eaux chaudes de la région attirent les poissons tropicaux en grand nombre dans la baie. Près de 200 espèces ont trouvé refuge dans cette réserve naturelle où 45 types de récifs coralliens ont aussi été dénombrés.

Le voyage se poursuit à bord de notre boutre et cap cette fois au sud-est, le long de la péninsule arabique à destination de Sour, une ville balnéaire. La cité de Sour était jadis un grand carrefour commercial entre l’Inde, l’Afrique et l’Asie du Sud-Est.

Des boutres construits à la main et sans aucun plan

Mais Sour est aussi célèbre pour ses chantiers navals. Durant des siècles, ses boutres ont parcouru tout l’Océan indien transportant de précieuses marchandises. Des bateaux uniques, construits sans aucun plan, juste grâce à la mémoire de leurs maîtres d‘œuvre.

Khaled El-Araimi, constructeur de bateaux résume le processus de fabrication : “On commence par installer le poteau qui devient la colonne vertébrale du bateau, ensuite les deux extrémités, les côtés et le toit ; dès que le bateau est prêt, il est envoyé à la mer.”
Khalid El-Araimi est le descendant d’une famille ancienne de constructeurs. Il en a conservé les compétences traditionnelles. Il lui faut jusqu‘à huit mois pour terminer un navire en teck. Tout est fait à la main.
Khalid nous explique comment rendre le navire étanche. “On met du coton autour de la vis, le coton doit être trempé dans de l’huile, on plante ensuite la vis dans le bois ; après, on met dessus un mastic qu’on appelle le Lami : cela bouche le trou et l’eau ne peut plus s’infiltrer et la vis ne corrode pas.”

Ras al Jinz et son sanctuaire de tortues

Non loin de ce chantier se trouve l’une des plus magiques plages du pays : Ras al Jinz et son sanctuaire de tortues de mer vertes. C’est l’un des sites de nidification les plus importants au monde.

Après avoir parcouru des milliers de kilomètres les tortues viennent pondre leurs oeufs sur cette plage. Depuis sept ans, Nasser El Zadjali travaille sur place. Il observe le comportement de ces géants si fragiles.
“Si la tortue arrive à sortir de l’eau, c’est essentiellement grâce la marée haute qui l’aid, car la tortue est très lourde : elle pèse entre 80 et 150 kilos”, explique Nasser. “Puis, quand elle arrive sur la plage, elle repère des trous naturels dans le sable, elle va ensuite creuser plus profond et y déposer ses œufs ; après, elle va utiliser ses nageoires pour les recouvrir de sable avant de repartir lentement.”

Après une période d’incubation de 50 jours, les bébés tortues naissent et commencent le voyage le plus dangereux de leur vie jusqu‘à la mer entourés de renards, de crabes et d’oiseaux affamés. Les chances de survie des bébés tortues sont très faibles : 1 ou 2 sur 1000 survivront. Si le bébé fait partie des chanceux, il reviendra dans 25 ans sur cette même plage, là où il a vu son premier rayon de soleil.

Dans notre prochaine émission “Oman Life”, nous partirons à la découverte de l’extraordinaire patrimoine culturel du Sultanat. Nous irons visiter l’ancien fort de Mascate et nous y explorerons les richesses architecturales d’hier et d’aujourd’hui.

Le choix de la rédaction

Prochain article

life

L'artisanat de Boukhara