DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Vatileaks : deux journalistes sur le banc des accusés

C’est un procès inédit qui s’est ouvert ce mardi au Vatican. Trois personnes sont accusés d‘être à l’origine du Vatileaks, une fuite de documents

Vous lisez:

Vatileaks : deux journalistes sur le banc des accusés

Taille du texte Aa Aa

C’est un procès inédit qui s’est ouvert ce mardi au Vatican. Trois personnes sont accusés d‘être à l’origine du Vatileaks, une fuite de documents confidentiels sur les malversations financières et les dysfonctionnements du Saint-Siège qui ont été, transmis à deux journalistes, Gianluigi Nuzzi et Emiliano Fittipaldi, qui pour la première fois se retrouvent sur le banc des accusés. “Nous avons informé”, se défend Gianluigi Nuzzi. “Nous sommes en procès dans un pays où il n’y a aucune loi sur la liberté de la presse . De nombreux avocats ont soulevé ce problème au niveau national et international pour protéger le droit de la presse et de l’information, qui est un droit et un devoir”. Les trois corbeaux présumés ont été arrêtés quelques jours avant la publication des livres des deux journalistes, sortis début novembre. Une consultante italienne a été relâchée après avoir accepté de collaborer à l’enquête. Le prélat espagnol Vallejo Balda, âgé de 54 ans, est toujours incarcéré au Vatican. Son collaborateur, lui aussi incriminé, reste en liberté. Poursuivis pour “association criminelle organisée”, tous trois encourent huit ans de prison, en vertu d’une loi adoptée en 2013. Ce mardi, l’audience é été consacrée à l’examen de questions de procédure, le juge a rejeté deux requêtes en nullité. Lundi, le procès reprendra, en commençant par la déposition de Vallejo Balda. A la sortie des deux livres, le Vatican s‘était empressé de souligner l’important travail de transparence lancé par le pape François et d’assurer qu’une partie des dysfonctionnements signalés appartenaient au passé.