DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Co-pilote russe : " il n'y a eu aucune sommation "


Turquie

Co-pilote russe : " il n'y a eu aucune sommation "

Les deux versions restent diamétralement contradictoires. L’avion russe abattu mardi en Syrie a violé notre espace aérien durant 17 secondes, maintient la Turquie. Faux, répète la Russie, mettant en scène le survivant du crash. L’homme, interviewé de dos par les médias russes, est présenté comme étant Konstantin Mourakhtine, le co-pilote de l’avion, secouru par les forces spéciales russes et syriennes.

“ Il n’y a eu aucune sommation, assure-t-il. Pas d‘échange radio ni de contact visuel. Il n’y a eu aucun contact. C’est pour cela que nous pousuivions notre mission de combat. “

Cette mission, le bombardier russe la menait au nord de Lattaquié, dans une région proche de la frontière turque. Les médias turcs se sont rendus dans ce camp tenu par des Turkmènes, une minorité turcophone dont les combattants se sont essentiellement ralliés aux forces anti-Hassad. Leur commandant livre sa version des faits :

“ L’avion russe nous a d’abord bombardé et ensuite il est entré dans l’espace aérien turc. Les avions turcs l’ont abattu après que l’avion ait violé l’espace aérien turc. La Turquie est toujours avec nous… “

Le soutien d’Ankara à ces combattants se traduirait notamment par des livraisons d’armes. Peu étonnant dès lors que la Russie, soutien indéfectible du régime, les ai pris pour cible.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Les arrivées de migrants baissent en Grèce