DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Au Kenya, le pape célèbre sa première messe géante et condamne les actes barbares commis au nom de Dieu


Kenya

Au Kenya, le pape célèbre sa première messe géante et condamne les actes barbares commis au nom de Dieu

Deuxième journée au Kenya pour le pape François et première messe géante en Afrique pour le Saint Père.
Ce jeudi matin, sur le campus de l’université de Nairobi, transformée en église géante à ciel ouvert, des dizaines de milliers de fidèles ont acclamé Francis avant qu’il ne rejoigne l’autel. Le pape a notamment plaidé pour les valeur traditionnelles fondées sur la santé des familles dont dépend toute société, a-t-il souligné.

Arrivé mercredi pour sa première tournée africaine le pape a, dès son premier discours, très fermement condamné la radicalisation des jeunes qui commettent des “attaques barbares” au nom de Dieu.
Ces attaques sont injustifiables, a déclaré le souverain pontife.

“Notre conviction commune, a déclaré le pape, est que le Dieu que nous cherchons à servir est un Dieu de paix. Son saint nom ne doit jamais être utilisé pour justifier la haine et la violence.”

Le pape s’adressait aux représentants des Eglises anglicanes, luthériennes, méthodistes, pentecôtistes, ainsi qu’aux dignitaires de l’islam et des religions animistes en référence à la série d’attaques meurtrières menées au Kenya par les islamistes shebab somaliens depuis deux ans.François a appelé les musulmans, les protestants et les catholiques à résister.

Le pape a été reçu à la résidence officielle du chef de l’Etat kényan Uhuru Kenyatta. Un catholique, comme 30% de ses concitoyens dans un pays comptant 45 millions d’habitants.

Après son séjour au Kenya, le pape est attendu en Ouganda et en Centrafrique, un pays déchiré par les affrontements entre musulmans et chrétiens.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Violents incendies dans le sud de l'Australie : déjà deux morts et des centaines d'animaux tués