DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le monde des affaires suspendu à la décision de la BCE

Dans ce nouveau numéro de Business Middle East cette semaine, nous discutons de la prochaine réunion cruciale de la Banque centrale européenne

Vous lisez:

Le monde des affaires suspendu à la décision de la BCE

Taille du texte Aa Aa

Dans ce nouveau numéro de Business Middle East cette semaine, nous discutons de la prochaine réunion cruciale de la Banque centrale européenne programmée jeudi 3 décembre. Le monde des affaires a en effet les yeux rivés sur Francfort. Mario Draghi y présentera ses dernières analyses et ses intentions sur la politique monétaire de la zone euro.
Plusieurs scénarios sont possibles pour l’euro dans un contexte particulier : la semaine dernière, l’euro est tombé à son plus bas niveau face au dollar en sept mois. Il en est de même pour les autres devises étrangères qui ont enregistré une faible performance.

Contexte

La Banque centrale européenne a laissé entendre à plusieurs reprises qu’elle agirait rapidement si nécessaire afin d’augmenter le taux d’inflation dans la zone euro. Le 3 décembre la BCE se prononcera aussi sur l‘éventualité d’un nouveau programme d’“assouplissement quantitatif”:http://www.latribune.fr/actualites/economie/union-europeenne/20150121trib4545f3987/tout-savoir-ou-presque-sur-l-assouplissement-quantitatif-de-la-bce.html (Quantitative easing, en anglais).
Le président de la BCE a admis que l’objectif de 2 % d’inflation sera plus long à atteindre.
Mais, le 20 novembre Mario Draghi a défendu son programme d’assouplissement quantitatif au motif qu’il faisait baisser les coûts d’emprunt pour les entreprises de la zone euro .
Mais l’incertitude concernant les décisions de la BCE a déjà entraîné une baisse de l’euro face à la plupart des devises étrangères.

http://www.euronews.com/media/download/articlepix/graph-BME44-301115.jpg

L’euro a notamment perdu 3,83 % face au dollar; il a reculé de 2.17%n face au yen, de 2% face au Yuan, mais a gagné 0,43% face au franc suisse.

Jeudi, la BCE mettra aussi à jour ses prévisions d’inflation mais on sait déjà que les conditions ont empiré depuis la publication des dernières estimations du mois de septembre.

Quatre scénarios

Pour faire l point sur la situation, Daleen Hassan, la présentatrice de Business Middle East a interviewé Nour Eldeen Al-Hammoury, responsable en chef des stratégies marchés chez ADS Securities à Abu Dabi.

Daleen hassan : Nous savons qu’il y a différents scénarios possibles pour cette réunion de jeudi. Pouvez-vous nous donner des détails?
 
Nour Eldeen Al-Hammour : Il y a effectivement plusieurs scénarios. Premier scénario : la BCE baisse de nouveaux ses taux directeurs de 10 points de base à -0.3%.
Deuxième scénario : la BCE pourrait augmenter son programme d’assouplissement quantitatif qui passerait de 60 à 70 milliards d’euros voire même jusqu‘à 80 milliards d’euros par mois.
Troisième scénario : la BCE décide de prolonger le délai de son programme quantitatif actuel au-delà septembre 2016 – peut être jusqu’en décembre 2016 voire même jusque mars 2017.
Enfin, dernier scénario possible : la BCE décide le statu quo en attendant la décision de la Réserve fédérale américaine. La Fed qui pourrait relever ses taux directeurs en décembre. Ce qui permettrait à la BCE de ne plus être sous pression pour soutenir l’euro puisque la décision de la Fed maintiendrait cette pression sur l’euro.

C’est vrai qu’il faut parler de cette pression. Mais quel serait l’impact des autres scénarios sur l’euro?

Baisser encore les taux directeurs augmenterait bien sûr la pression sur l’euro. Toutefois, cela ne signifie pas que l’euro atteindra vite la parité avec le dollar mais il s’en approcherait.
Dans le deuxième scénario : si la BCE augmente son programme d’assouplissement quantitatif, l’euro risque de baisser significativement et d’arriver à la parité avec le dollar dans quelques jours .
Maintenant, si la BCE rallonge juste les délais pour son programme d’assouplissement, cela ne devrait pas avoir un gros impact sur l’euro. Ce qui pourrait stabiliser l’euro.
Enfin si la BCE maintien le statu quo, ce serait positif pour l’euro car les marchés anticipent une aumentation du programme d’assouplissement. L’euro pourrait alors se stabiliser avant la décision de la Fed.

Et parmi tous ces scénarios, quel est celui qui est le plus probable, vous qui suivez de près la politique des banques centrales?

Difficile de prédire ce que va faire la BCE alors que la Fed doit prendre sa décision dans deux semaines. Mais la BCE n’a jamais assoupli sa position lorsque l’indice PMI services manufacturiers augmente. Or l’incide PMI est à son plus haut depuis un an. Cela dit, il est très possible que la BCE rallonge le délai de son programme d’assouplissement jusqu’en 2017 ou jusqu‘à fin 2016. Quant à la baisse des taux directeurs, ce scénario reste très faible.

Parlons du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, le MENA: quels seraient les effets sur le marché des changes en cas d’extension du programme d’assouplissement quantitatif dans la zone euro?

A chaque fois que les banques centrales mondiales assouplissement leur politique monétaire, cela a toujours un impact positif sur les actions mondiales. Par conséquent, les actions régionales pourraient être au vert pendant un certain temps même si le pétrole brut reste le principal moteur dans la période actuelle.
Concernant l’euro, la majorité de nos clients favorise la revente même de manière limitée, ce qui a été une stratégie efficace tout au long de l’année. De plus, les positions courtes et les volumes de négociation ont atteint leur plus haut niveau depuis mai dernier. A l‘époque le marché spéculait sur une hausse des taux de la Fed en juin et même les actions de la région MENA se négociaient à leurs plus haut niveaux.