DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

LISA Pathfinder part à la recherche des ondes gravitationnelles

Claudio Rosmino est l'envoyé spécial d'euronews à Kourou, en Guyane. Il a rencontré le professeur Stefano Vitale, responsable scientifique de la mission LISA Pathfinder sur les ondes gravitationne

Vous lisez:

LISA Pathfinder part à la recherche des ondes gravitationnelles

Taille du texte Aa Aa

Claudio Rosmino. euronews :
“Ce soir, depuis Kourou en Guyane française, c’est de cette rampe de lancement derrière moi, situé à 17 kilomètres du centre de contrôle spatial que partira le lanceur Véga qui emmènera Lisa Pathfinder dans l’espace, pour faire des recherches sur les ondes gravitationnelles.
Il s’agit du premier pas vers de véritables recherches sur ces fameuses ondes qui ne commenceront que dans quelques années.
Albert Einstein aurait probablement aimé être ici. Car sa théorie de la relativité joue un rôle important ici.
Si tout se passe bien dans les années à venir, on devrait pouvoir capturer ces ondes gravitationnelles, les isoler et alors c’est un nouveau chapitre de l’astrophysique que l’on commencera à écrire.”

“Avant d’essayer quelque chose de nouveau, il faut tout d’abord tester la technologie, et c’est exactement ce à quoi sert LISA Pathfinder : c’est une mission de démonstration. Elle deviendra le premier laboratoire spatial gravitationnel pour la physique fondamentale, elle testera les technologies nécessaires à la détection et à la mesure des ondes gravitationnelles.”

Claudio Rosmino, euronews :
Professeur Stefano Vitale, vous êtes le responsable scientifique de la mission LISA Pathfinder. Pouvez-vous nous expliquer ce que sont les ondes gravitationnelles ? Pourquoi sont-elles aussi importantes ?

Stefano Vitale, responsable scientifique de la mission LISA Pathfinder :

Les ondes gravitationnelles sont les ondes de la force de gravité, des ondes qui se déplacent à la vitesse de la lumière.
Elles sont importantes parce que la plus grande partie de l’univers, on ne la voit pas, on ne voit seulement les quatre millièmes de l’univers. On sait que l’univers est rempli de matière et d‘énergie, mais on ne la voit pas. En revanche, on peut observer les effets de cette force de gravité dans cette partie que l’on ne voit pas.
Si jamais on réussit à écouter l’univers en écoutant ces changements de la force de gravité, peut être que finalement, on va pouvoir observer l’univers tel qu’il est vraiment, c’est-à-dire un énorme système gravitationnel qui tient ensemble par la force de gravité.

Donc il s’agit d’un instrument de recherche astronomique, d’exploration cosmologique très puissant qui ouvrira une nouvelle frontière dans l’astronomie.

Claudio Rosmino, euronews :
Pourquoi jusqu‘à aujourd’hui a-t-il a été si difficile de prouver l’existence de ces ondes gravitationnelles, de les attraper en quelque sorte ?

Stefano Vitale, responsable scientifique de la mission LISA Pathfinder :
En réalité, la preuve, on l’a, nous avons déjà pu observer des émissions d’ondes gravitationnelles. On a pu les voir dans des systèmes d‘étoiles qui perdent de l‘énergie en émettant ces ondes gravitationnelles, comme Albert Einstein l’avait théorisé.
Seule la technologie nous donnera les instruments capables d’observer ces minuscules forces gravitationnelles.

Claudio Rosmino, euronews :
En utilisant ces deux cubes qui sont une partie essentielle de LISA pathfinder, pouvez-vous nous expliquer ce qui va se passer exactement ?

Stefano Vitale, responsable scientifique de la mission LISA Pathfinder :
Laissez-moi d’abord vous expliquer comment fonctionne un révélateur d’ondes gravitationnelles.
Si vous mettez deux cubes, deux masses, des particules de preuve lointaine, en chute libre parfaite, sans aucune perturbation. Si une onde gravitationnelle passe, elle aura pour effet de les accélérer, de les faire vibrer l’un par rapport à l’autre. Naturellement, il y a beaucoup de phénomènes physiques, parce que les perturbations sont des phénomènes physiques très complexes. Pendant des années, nous avons fait beaucoup d’expériences dans des laboratoires terrestres, mais aujourd’hui ce laboratoire que nous allons envoyer dans l’espace, et que nous commanderons à distance depuis la Terre, nous permettra d’atteindre la précision nécessaire pour démontrer la présence de ces ondes, et l’observation des ondes gravitationnelles sera possible.

Claudio Rosmino, euronews :
Après cette phase, qui va durer six mois, après ce test à grande échelle dans l’espace, que va-t-il se passer ?

Stefano Vitale, responsable scientifique de la mission LISA Pathfinder :
Après viendra LISA. Le nom de cet observatoire est un acronyme ainsi qu’un nom de femme. La mission s’appelle LISA Pathfinder, LISA l’exploratrice. Ce que fera l’ESA ensuite, ce sera de développer cet observatoire, ce qui va demander beaucoup d’années parce que c’est une grande mission. Et quand on l’enverra là-haut, débutera alors vraiment l’astronomie gravitationnelle dans l’espace.

Claudio Rosmino, euronews :
Professeur Vitale, pour conclure, là-bas se trouve la base de lancement, cette nuit votre mission va partir, comment vous sentez-vous, humainement, je ne parle pas du scientifique, je parle de l’homme ?

Stefano Vitale, responsable scientifique de la mission LISA Pathfinder :
Je suis un peu ému.