DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Coopération judiciaire et policière avec l'UE : les Danois disent non


Danemark

Coopération judiciaire et policière avec l'UE : les Danois disent non

Les Danois ont une nouvelle fois dit non à l’Europe. Ils étaient appelés à se prononcer ce jeudi par référendum pour ou contre une plus grande intégration de leur justice et de leur police avec celle des autres pays de l’Union européenne.
Et leur réponse est sans appel : le non a recueilli entre 52 et 53% des suffrages, selon deux sondages de sortie des urnes.
Lars Lokke Rasmussen, le Premier ministre, danois a confirmé la victoire du non alors que la plupart des formations parlementaires
appelaient comme lui à voter pour le oui.
Conséquence directe de ce référendum : le retrait du Danemark de l’agence Europol est posé. Les traités européens prévoient que cette agence chargée de la lutte contre le crime organisé, les trafics et le terrorisme devienne en 2016 un organisme supranational subordonné au conseil des ministres européens chargé des affaires de police et de justice.

Après les attentats de Paris et ceux survenus à Copenhague en janvier dernier, les observateurs pensaient que la réforme proposée par le gouvernement danois avaient des chances d‘être acceptée. Mais les Danois en ont décidé autrement. Les partisans du non au référendum ont surtout fait campagne sur le risque de voir le Danemark perdre le contrôle de sa souveraineté alors que l’Europe traverse une crise migratoire sans précédent et bien que le pays a accueilli dix fois moins de réfugiés que son voisin suédois.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Attentats de Paris : deux interpellations de plus en Belgique