DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le FN se renforce à l'approche des élections régionales

C’est l’une des conséquences des attentats du 13 novembre : la sécurité est devenue un enjeu primordial des élections régionales en France, estompant

Vous lisez:

Le FN se renforce à l'approche des élections régionales

Taille du texte Aa Aa

C’est l’une des conséquences des attentats du 13 novembre : la sécurité est devenue un enjeu primordial des élections régionales en France, estompant les préoccupations économiques ou plus locales.

Et an matière de sécurité, le Front national (FN) apparaît être particulièrement compétent aux yeux des Français sondés.
Entre 28 et 30% d’entre eux comptent donner leur voix au parti de Marine le Pen, le plaçant au coude à coude avec Les Républicains, voire en tête selon du premier tour de ce scrutin selon les derniers sondages.

Quant au plébiscite du virage sécuritaire amorcé par François Hollande, son effet sur les intentions de vote est à nuancer selon Dominique Moisi :

“A la suite des attaques terroristes de Paris, on a vu grimper la popularité du président François Hollande, mais il s’agit de sa personnalité et cela ne se répercute pas sur la popularité de la gauche en général, et du Pari socialiste”, explique l’analyste politique.

Sur les 13 grandes régions métropolitaines nées de la réforme territoriale, le FN est bien parti pour s’imposer dans les régions PACA et Nord-Pas-de-Calais-Picardie. Il pourrait aussi créer la surprise en Bourgogne-France-Comté et dans le Grand Est.

Le PS, quant à lui, pourrait conserver trois régions : la Bretagne, Aquitaine Limousin-Poitou-Charente et le Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées.
La participation reste la grande inconnue de ce scrutin de seconde zone et le PS pourrait pâtir d’une forte abstention de ses sympathisants.

Les Républicains semblent, eux, en mesure de l’emporter en Pays-de-la-Loire, Centre-val-de-Loire.
Les chances de succès du parti de droite dépendent aussi de l’attitude de la gauche à l’issue du premier tour, et des scénarios qui se dessineront face au Front national.

La droite, désireuse d’infliger une défait à l’exécutif, ne s’attendait pas à se voir talonnée à ce point par le FN.

Avec AFP