DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Les sorties chocs de Donald Trump


monde

Les sorties chocs de Donald Trump

La proposition de Donald Trump de fermer les frontières de l’Amérique aux musulmans s’ajoute à une longue liste de phrases chocs et controversées, chères au candidat républicain. Le milliardaire excentrique a fait de la provocation sa marque de fabrique. Nous avons compilé quelques unes de ses sorties les plus remarquées.

Trump sur ses humbles débuts

“Rien n’a été facile pour moi. J’ai commencé à Brooklyn, mon père m’a fait un petit prêt d’un million de dollars.”


Sur les femmes

“Peu importe ce que les médias écrivent tant que vous avez en face de vous un joli petit cul.” – Extrait d’une interview publiée en 1991 dans Esquire.

Sur l‘éditorialiste américaine Arianna Huffington : “@ariannahuff est peu attractive, aussi bien à l’intérieur qu‘à l’extérieur. Je comprends totalement pourquoi son ancien mari l’a quittée pour un autre homme. Il a pris une bonne décision.”

Sur l’ancienne First Lady et candidate à la présentielle américaine Hillary Clinton : “Si Hillary Clinton ne peut pas satisfaire son mari, qu’est-ce qui la fait croire qu’elle peut satisfaire l’Amérique ?”

Sur l’actrice Bette Midler : “Même si Bette Midler est une femme extrêmement peu attrayante, je refuse de le dire, parce que je tiens toujours à être politiquement correct.”

Sur sa fille : “Si Ivanka n‘était pas ma fille, je sortirais peut-être avec elle.”


Londres, une ville “radicalisée” selon Trump

“Il y a des lieux à Londres et ailleurs qui sont si radicalisés que les policiers y craignent pour leur propre vie.”


Sur le changement climatique

“Le concept de réchauffement climatique a été créé par et pour les Chinois dans le but de rendre l’industrie américaine non-compétitive.”

“Il fait vraiment froid dehors, ils disent que c’est un refroidissement majeur, plusieurs semaines à l’avance. Eh bien, on pourrait utiliser une bonne grosse dose de réchauffement climatique!”

“C’est vendredi. Combien de pygargues à tête blanche les éoliennes ont-elles tuées aujourd’hui ? Elles sont un désastre environnemental et esthétique.”


Un mur pour barrer la route aux Mexicains

‘‘Je vais construire un grand mur, et personne ne construit mieux de murs que moi, sachez-le ! Je vais construire un grand mur sur notre frontière sud, et le Mexique paiera pour le construire. Prenez-en bien note.”


Sur les tensions raciales

Tweet envoyé par Donald Trump après les émeutes consécutives à la mort d’un homme noir durant sa détention au poste de police à Baltimore, en avril 2015 : “Notre grand président afro-américain n’a pas eu vraiment un impact positif sur les voyous qui, avec joie, détruisent ouvertement Baltimore.”


Sur l’ancien candidat à la présidentielle et vétéran du Vietnam John McCain

“C’est un héros de guerre parce qu’il a été capturé. J’aime les gens qui n’ont pas été capturés.”


Sur les dictateurs étrangers

“J’ai traité avec Kadhafi. Je lui ai loué un terrain. Il m’a payé pour une nuit la valeur de ce terrain pour deux ans, et ensuite je ne l’ai pas laissé l’utiliser. Je ne veux pas utiliser le mot “arnaqué”, mais je l’ai arnaqué. C’est ce que nous devrions faire.”


Sur le contrôle des armes

Tweet envoyé après l’attaque contre Charlie Hebdo à Paris, en janvier 2015.

“Si les personnes si violemment abattues à Paris avaient eu des fusils, au moins elles auraient eu une chance de se défendre.”

“N’est-il pas intéressant que la tragédie de Paris se soit produite dans un des pays ou le contrôle des armes est le plus strict au monde ?”


Sur les personnes handicapées

Trump se moque d’un journaliste du New York Times atteint d’une maladie congénitale.


Sur les musulmans

Après la fusillade de San Bernardino en Californie, il déclare vouloir fermer l’Amérique aux musulmans.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Fête de Lumières : Lyon rend hommage aux victimes des attentats de Paris