DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Retour sur Terre pour trois spationautes de la Station spatiale internationale


Kazakhstan

Retour sur Terre pour trois spationautes de la Station spatiale internationale

Un cosmonaute russe et deux astronautes américain et japonais de la Station spatiale internationale (ISS) sont revenus sur Terre vendredi à bord d’un vaisseau Soyouz, réussissant un rare atterrissage de nuit dans les steppes du Kazakhstan. Oleg Kononenko, Kjell Norwood Lindgren et Kimiya Yui se sont posés avec succès sur Terre à 13H18 GMT (19H18 locales) à bord de la capsule Soyouz TMA-17M, a confirmé à l’AFP un porte-parole de l’agence spatiale russe Roskosmos. “Ils ont atterri en sécurité et l‘équipe de secouristes les ont trouvés. Tout se déroule conformément aux attentes”, a-t-il déclaré. Il s’agit du premier atterrissage de nuit d’une capsule Soyouz depuis novembre 2012, et le sixième du genre au total. “Bien sûr cela rend les choses plus compliquées, mais nos équipes sont entraînées pour travailler jour et nuit et par toutes les conditions météorologiques”, a affirmé à l’AFP le porte-parole des contrôleurs de vol, Sergueï Talalassov.

Les trois hommes avaient rejoint l’ISS à bord d’un Soyouz le 23 juillet malgré une défaillance capteur solaire lors du vol, un peu moins de six heures après son lancement depuis le cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan.
Le capitaine de la mission, Oleg Kononenko aura passé avec cette mission un total de 533 jours dans l’espace tandis qu’il s’agissait du premier séjour pour ses deux coéquipiers. Leur arrivée dans le laboratoire spatial orbital, initialement prévue en mai, avait été reportée de deux mois après la perte spectaculaire d’un vaisseau cargo Progress, qui avait brûlé dans l’atmosphère à cause d’une panne du lanceur. Cet échec avait contraint un autre groupe de trois spationautes à prolonger d’un mois leur séjour à bord de l’ISS avant de pouvoir finalement revenir sur Terre le 11 juin. Lors de leur mission de 141 jours, Oleg Kononenko, Kjell Norwood Lindgren et Kimiya Yui ont réalisé plusieurs expériences scientifiques, visant notamment à contrôler des robots à distance. Les trois hommes, fans de la saga Star Wars, avaient d’ailleurs choisi le robot R2-D2, un personnage-clé des films de Steven Spielberg, comme mascotte de leur mission. Oleg Kononenko avait également promis d‘étudier, entre autres, le “comportement des bulles de savon” pour satisfaire la demande des jeunes amateurs de l’espace.
La Russie fournit à l’ISS son principal module, où se situent les moteurs-fusées, et les vaisseaux russes Soyouz sont le seul moyen d’acheminer et de rapatrier les équipages de la station orbitale depuis l’arrêt des navettes spatiales américaines. Seize pays participent à l’ISS, avant-poste et laboratoire orbital mis en orbite en 1998 qui a coûté au total 100 milliards de dollars, financés pour la plus grande partie par la Russie et les États-Unis.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Afghanistan : l'ambassade d'Espagne visée par une attaque