DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

COP21 : que disent les ONG de l'Accord de Paris ?


monde

COP21 : que disent les ONG de l'Accord de Paris ?

L’Accord de Paris a été salué par la scène politique et diplomatique mondial comme un tournant historique. Mais comment les scientifiques et ONG de défense du climat et de l’environnement l‘évaluent-elles sur les différents points clés que sont :

  1. la hausse limitée des températures à moins de +2 °C voire +1,5 °C
  2. la révision des objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre tous les cinq ans
  3. l‘épineuse question du financement
  4. le respect de l‘équité et la reconnaissance de responsabilités différenciées
  5. la reconnaissance ou non des pertes et préjudices
  6. les objectifs de réduction des émissions
  7. les énergies renouvelables vs. les énergies fossiles
  8. cet accord est-il un tournant historique

1. Hausse limitée à moins de +2 °C voire +1,5 °C

Alors que l’objectif affiché en début de négociation était +2°C, l’article 2 de l’accord stipule que l’objectif est de maintenir “l’élévation de la température moyenne de la planète nettement en dessous de 2°C par rapport aux niveaux préindustriels et en poursuivant l’action menée pour limiter l’élévation des températures à 1,5°C par rapport aux niveaux préindustriels“.

  Si l’issue du sommet sur le climat de Paris était de garder la porte ouverte pour une limitation de la hausse des température à 1,5°C – limite cruciale pour protéger les personnes les plus vulnérables des impacts les plus forts et éviter un changement climatique incontrôlé – alors Paris a échoué.“ Lucy Cadena, coordinatrice de Friends of the earth international
  L’accord, s’il est adopté, mentionne certes un objectif de 1,5°C de réchauffement à ne pas dépasser, mais les moyens pour l’atteindre ne sont pas suffisants.“ Marion Richard, responsable climat et développement à Réseau Action Climat
  En intégrant un objectif de limitation à long terme de 2°C de hausse de la température moyenne mondiale – avec une référence à la limite de 1,5°C – les gouvernements envoient un signal fort indiquant que les gouvernements sont engagés à s’aligner sur la science.“ Isabelle Autissier, Présidente du WWF France

Verdict des ONG
Bien, mais pas suffisant.


2. Révision des objectifs de réduction des émissions tous les cinq ans

Le paragraphe 9 de l’article 4 de l’accord stipule que “chaque Partie communique une contribution déterminée au niveau national tous les cinq ans“ à compter de 2025. Le premier bilan pour cela sera dressé en 2023.

  Les 15 prochaines années sont décisives pour rester sous 2°C selon le Giec Groupement international d’experts du climat), donc 2025 c’est trop tard.“ Pascal Canfin, expert au World Resources Institute
  Les contributions qu’il y a sur la table sont clairement insuffisantes. Il faut absolument qu’elles soient relevées avant la mise en œuvre de l’accord, en 2020.“ Marion Richard, chargée de mission Climat et Territoires au Réseau Action Climat

Verdict des ONG
Trop tard au regard de la tendance de hausse des températures avec les contributions actuelles.


3. Le financement

L’article 9 de l’accord stipule que “Les pays développés parties fournissent des ressources financières pour venir en aide aux pays en développement parties aux fins tant de l’atténuation que de l’adaptation“ au changement climatique.

Dans son préambule, l’accord fixe aussi 2025 comme date limite pour définir un nouvel objectif de financement, les 100 milliards de dollars d’aide annuels devenant “un niveau plancher“.

  Seul le principe d’un nouvel objectif sur les financements climat a été acté, mais dans une formulation bien trop vague pour garantir qu’ils seront à la hauteur des besoins. […] alors que les besoins financiers des pays en développement pour se protéger du changement climatique pourraient augmenter de plus de 50% sur la base de l’accord de Paris.“ Romain Benicchio, porte-parole Oxfam France
  Les 100 milliards de dollars par an d’ici 2020 a été étendu à 2025 ainsi que l‘établissement d’un nouvel objectif après cette date. Les pays développés ont donc obtenu cinq années supplémentaires pour parvenir à l’objectif qu’ils se sont eux-mêmes fixé. Cela est regrettable car cela retarde les actions dans les pays émergents dans le besoin.“ Meena Raman, conseiller juridique pour Third World Network
  Nous sommes très inquiets devant le fait qu’il n’y a aucune garantie de soutien pour ceux qui seront les plus touchés par les impacts du changement climatique, particulièrement les populations les plus vulnérables.“ Isabelle Autissier, Présidente du WWF France
  Le chiffre politique cité comme base de financement n’est pas du tout à la mesure des besoins. C’est une coquille vide. L’iceberg a frappé ; le bateau coule et le groupe de musique joue encore sous des applaudissements nourris.“ Asad Rehman, Friends of the Earth International
  Surtout l’Accord de Paris n’a pas abandonner les pays pauvres. Les pays riches se sont engagés à fournir les financements promis pour aider les pays en développement à s’adapter et croître de manière propre et durable.Christian Aid
  L’accord reconnaît que les pays riches doivent mobiliser un plus grand soutien financier pour aider les pays pauvres dans leur transition vers une économie bas-carbone et devenir plus résistants au climat. Des investissements plus importants seront nécessaires.“ Nicholas Stern, président de Grantham Research Institute on Climate Change

Verdict des ONG
Manque de garanties face à des besoins immenses


4. L‘équité et responsabilités différenciées

L’article 2 stipule que “le présent Accord sera appliqué conformément à l’équité et au principe des responsabilités communes mais différenciées et des capacités respectives, eu égard aux contextes nationaux différents“. Chacun peut donc faire selon ses moyens et son niveau de responsabilité dans le changement climatique et n’est pas tenu de remplir des objectifs imposés d’en haut.

  Les engagements qu’ils [Les Etats-Unis] ont pris font fi de leur responsabilité historique considérable en tant que principal émetteur de gaz à effet de serre et sont bien trop bas pour arrêter de mettre le feu à la planète.“ communiqué de presse, Grassroots Global Justice Alliance
  L’injustice transpire dans ce texte. Les pays à l’origine du problème ont promis trop peu d’aide pour les populations sur les lignes de front du dérèglement climatique, qui sont déjà en train de perdre leurs moyens de subsistance et la vie.“ Kumi Naidoo, directeur exécutif de Greenpeace International

Verdict des ONG
L‘équité et la reconnaissance des responsabilités ne sont pas justement respectées.


5. Reconnaissance des pertes et préjudices

L’accord ne reconnaît pas les pertes et destructions irréversibles causées par le dérèglement climatique pour lesquels les pays victimes demandaient réparations auprès des grands pays développés. Le paragraphe 52 du préambule de l’accord stipule “que l’article 8 de l’Accord ne peut donner lieu ni servir de fondement à aucune responsabilité ni indemnisation”.

  Un autre problème majeur tient dans un élément de langage dans le chapitre sur les pertes et préjudices où a été insérée une ‘clause d’exclusion’, sous l’insistance des Etats-Unis, afin d’empêcher les pays pauvres et particulièrement vulnérables (ceux qui ont appelé à l’objectif de 1,5°C) de soumettre des demandes de compensation ou de reconnaissance en responsabilité sur la foi de l’Accord contre les pollueurs historiques.“ communiqué de presse, Climate-justice.info
  Ils [les Etats-Unis] ont ajouté une clause qui exclut les compensations et la responsabilité des pertes et dommages causés par le chaos climatique. C’est une volonté délibérée de rendre les pays plus riches et les pays pauvres plus pauves.“ Lidy Nacpil, Asian People’s Movement on Debt and Development, Mouvement des peuples asiatiques sur la dette et le développement

Verdict des ONG
Injustice faite envers les pays pauvres contre les émetteurs historiques.


6. Objectifs de réduction des émissions

L’Accord de Paris ne prévoit pas d’objectif chiffrés des réductions des émissions de gaz à effet de serre. Les pays se fixent eux-mêmes leurs objectifs dans leur contribution nationale.

  Sur la base des contributions nationales actuelles et les taux de pollution lorsque les pays feront officiellement le bilan en 2023, nous aurons pollué à tel point que nous aurons celé le chaos climatique que nous étions venus éviter.“ communiqué de presse, Climate-justice.info
  L’accord ne force pas les pays a réduire leurs émissions assez vite pour éviter un changement climatique catastrophique.“ Helen Szoke, directrice d’Oxfam Australie
  Les promesses et la rhétorique ne réduiront pas les émissions de gaz à effet de serre : nous devons agir. Cet projet d’accord est plus faible que celui de Copenhague. Ce texte n’est pas cohérent au regard des derniers éléments scientifiques.“ Kevin Anderson, directeur adjoint du Tyndall Centre for climate change research, Centre de recherche sur le changement climatique de Tyndall, Manchester
  Pour atteindre l‘équilibre entre sources et puits de gaz à effet de serre d’ici la moitié du siècle, les émissions nettes de carbone devront être réduites, en fait, à zéro. Apparemment les gouvernements l’ont compris, même s’ils ne sont pas complètement parvenus à se résoudre à le dire.“ Myles Allen, professeur spécialisé dans les géosystèmes à l’Université d’Oxford

Verdict des ONG
Les contributions nationales ne sont pas assez fortes pour atteindre l’objectif des 2°C (elles placent la hausse plutôt entre 2,7°C et 3°C).


7. Energies renouvelables vs. énergies fossiles

L’Accord ne fait pas directement mention aux types d‘énergies.

  A la fois comme Kényan et comme expert des politiques climatiques, je n’a jamais été aussi fier. La porté de l’Initiative africaine pour l‘énergie renouvelable ne doit pas être sous-estimée : il s’agit d’un moment exceptionnel dans l’histoire de l’Afrique et un élément de changement majeur pour continent.“ Mohamed Adow, conseilleur sur le changement climatique Christian Aid
  Les négociations mais également les engagements de différents acteurs ont envoyé un signal fort : l’ère des énergies fossiles arrive à sa fin.“ Samantha Smith, directrice du programme global Climat et Energie du WWF
  “La roue de l’action climatique tourne lentement mais à Paris elle a tourné. Cet accord fait passer l’industrie des énergies fossiles du mauvais côté de l’histoire.“ Kumi Naidoo, directeur exécutif de Greenpeace International
  L’accord historique conclu à Paris ouvre la voie vers les énergies propres que le monde attend et dont la planète a besoin. Il y dix-huit mois de cela, on nous avait assuré que cette transition hors des énergies fossiles était tout à fait impossible”…“ Emma Ruby-Sachs, directrice d’Avaaz
  “Cet accord va détourner le monde des énergies fossiles qui menacent nos communautés et le climat […] Il met le monde sur le chemin des énergies plus propres et plus intelligentes qui créeront des emplois et feront que nos communautés seront en meilleur santé.” Adrianna Quintero, directrice de Voces Verdes
  Tous les gouvernements semblent reconnaître que l‘ère des énergies fossiles doit toucher à sa fin. Mais le pouvoir des industries des énergies fossiles se devine dans le texte, ce qui étire la transition si loin que les dommages climatiques auront été faits.”“ Bill McKibben, co-fondateur de 350.org

Verdict des ONG
Alors que l’accord ne mentionne pas directement les sources d‘énergie, ce point fait consensus parmi les ONG pour qui l’accord de Paris signe l’arrêt de mort des industries carbonés.


8. Un tournant historique

  Les négociations de Paris sur le climat ont fait bien plus qu’aboutir à un accord. Elles ont permis de galvaniser l’ensemble de la communauté internationale vers une action collective d’une toute autre dimension pour contrer le problème climatique.“ Yolanda Kakabadse, Présidente du WWF International
  Ce moment a au moins permis de rassembler un grand nombre de personnes et de leur faire comprendre que le changement climatique les concerne. Malgré le résultat que l’on connaît à Paris, les peuples de par le monde doivent pousser leur gouvernement à aller au-delà de ce qu’ils ont accepté ici.“ Teresa Anderson, ActionAid International
  L’Accord de Paris est loin du compte. La mention dans l’Accord de l’objectif de la limitation du réchauffement à 1,5°C […] est le résultat direct des actions des citoyens. […] Nous devons nous emparer de ces petites victoires et les utiliser pour construire notre mouvement, faire des demandes sans concession à nos chefs d’Etat et leur demander des comptes.“ communiqué de presse, Corporate Accountability International

Verdict des ONG
Oui notamment car les actions citoyennes se sont structurées et poussent les gouvernements à agir.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Européens, qui êtes vous ?