DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Elections régionales : le jour d'après


Le bureau de Bruxelles

Elections régionales : le jour d'après

A Strasbourg, comme dans d’autres régions de France, les électeurs se sont mobilisés pour faire barrage au Front national au second tour des élections régionales. Avec 36% des voix la formation de Marine Le Pen est arrivée en deuxième position dans la région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine, derrière le candidat de la droite, Philippe Richert, qui a obtenu 48% des suffrages.
Selon Philippe Breton, politologue à l’Université de Strasbourg, la progression de l’extrême droite en Europe s’explique par un discours plus pénétrable dans une période où une profonde crise sociale et identitaire traverse la France et l’Union européenne. Le Front national présente « des positions très radicales, très colériques, très émotionnelles, souvent là où les autres partis politiques essaient de jouer les compromis, la nuance, parce que la situation est complexe », précise-t-il.
Ce scrutin peut-il servir de leçon à l‘échelle de l’Union ? Pour Philippe Breton « si l’Europe arrivait à être un peu plus claire, un peu plus opérationnelle, plus politique sur cette question de frontières » cela pourrait avoir un impact sur les formations qui profitent de ces discours radicaux.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Le bureau de Bruxelles

Scepticisme autour du projet de gardes-frontières européens