DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Marrakech : les lauréats du festival

Vous lisez:

Marrakech : les lauréats du festival

Taille du texte Aa Aa

A Marrakech dernier tapis rouge pour Francis Ford Coppola et tout le jury du festival du film juste avant la remise des prix… Francis Ford Coppola

A Marrakech dernier tapis rouge pour Francis Ford Coppola et tout le jury du festival du film juste avant la remise des prix…

Francis Ford Coppola : “Le Grand Prix, l’Etoile d’Or est remis à Mir-Jean Bou Chaaya pour son film Very Big Shot”.

“Very Big Shot”, une production libano-qatariote, est une comédie qui raconte la vie de deux frères dealers qui veulent revenir dans le droit chemin mais acceptent un dernier contrat.

Mir-Jean Bou Chaaya : «Merci, je donne ce prix à mon pays, le Liban, mon pays qui malheureusement ne croit pas en nous, mais dans lequel nous croirons toujours.”

Le prix du meilleur réalisateur est revenu au brésilien Gabriel Moscaro pour son second film “Neon Bull”.

Gabriel Mascaro : “Quand j’ai découvert que mon film était sélectionné pour ce festival je me suis dit “oh mon dieu c’est génial”. Et puis j’ai découvert que Coppola était dans le jury. “Oh mon dieu c’est un grand prix”. Et ensuite le fait de venir ici et de passer une semaine merveilleuse avec d’autres réalisateurs, de rencontrer des gens étonnants et de recevoir le prix du meilleur réalisateur de la part de cet étonnant jury, c’est vraiment étonnant. Je n’ai pas de mots pour exprimer mes sentiments, je suis très heureux.”

L’Islandais Gunnar Jonsson a reçu le prix du meilleur acteur pour son rôle dans le film “Virgin Mountain”.

Le prix de la meilleure actrice est revenu à une adolescente Galatea Bellugi pour son rôle dans le film Keeper de Guillaume Senez.

Galatea Bellugi : “Je suis très honorée d’être la, je ne m’y attendais pas comme je viens de vous le dire, enfin, je n’y pensais pas, et c’est magnifique, merci. »

Lise Pedersen, Euronews : “Et de façon très peu orthodoxe, le jury présidé par Francis Ford Coppola a remis le prix du jury aux 14 autres films en compétition, une compétition où personne n’a été laissé sur le côté.”

Enfin le prix Cinécole pour le meilleur court métrage, un prix qui encourage les jeunes talents marocains, a été remis au film ‘La fille qui venait de nulle part’ réalisé par Reda Jai.

Bruno Barde est le directeur artistique du festival, il a visionné un millier de film pour construire sa sélection.

Bruno Barde : « J’ai cherché des films où il y avait des urgences de mise en scène, ou il y avait du désir de cinéma, et il y est même d’ailleurs intéressant de constater que finalement les pays confortables de la vieille Europe comme la France, l’Italie, l’Espagne ont du mal a faire des films qui ne soient pas formatés télévision, à faire des films avec des urgences de cinéma, et j’ai beaucoup plus trouvé de choses au Kazakhstan, en Islande, au Danemark, dans des pays comme ca, où ils ont envie de réinventer cette grammaire cinématographique. »

Cette année l’Iranien Abbas Kiarostami a dirigé une masterclass centrée sur son travail de réalisateur.

Abbas Kiarostami : “Tout ce que je peux dire au sujet de mon travail c’est ce que je fais : je ne m’inspire pas du cinéma, ni de la littérature, ni d’un roman, ou d’une nouvelle. Je regarde simplement autour de moi et j’essaye d’observer la vie.”

Lancé sous le règne de Mohammed VI, le festival est une des têtes de pont de la modernisation du Maroc. Un pays qui a vu émerger ces quinze dernières années une génération de nouveaux réalisateurs. Sarim Fassi Fihri dirige le Centre Cinématographique Marocain :
“J’espère que d’ici 5 ans nous aurons… c’est un vœu très cher, c’est de prendre ces citadelles imprenables que sont les sélections officielles de Cannes, Berlin ou Venise, parce que depuis ‘Othello’ nous n’avons jamais été en sélection officielle à Cannes, et ça ce serait une consécration du cinéma marocain d’être là. »

Dédié cette année au cinéma canadien, la 15e édition du FIFM comptait un total de 93 films à son programme, de 33 nationalités. Quinze longs métrages étaient plus particulièrement en compétition pour “L’Etoile d’Or”.