DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La Commission européenne propose de participer à la surveillance des frontières extérieures

La Commission européenne propose la mise en place d’un corps de gardes-frontières européen. L’objectif est en fait de préserver l’espace Schengen, la

Vous lisez:

La Commission européenne propose de participer à la surveillance des frontières extérieures

Taille du texte Aa Aa

La Commission européenne propose la mise en place d’un corps de gardes-frontières européen. L’objectif est en fait de préserver l’espace Schengen, la zone de libre circulation en Europe.

Pour ce faire, ce nouveau dispositif bénéficiera de compétences étendues puisque l’institution souhaite pouvoir déployer des hommes en cas d’urgence sans demande spécifique d’un État membre. Pour le Commissaire européen en charge de la Migration, Dimitris Avramopoulos, la Commission doit pouvoir adopter en coopération avec les gouvernements, « une décision précisant si la situation sur une frontière extérieures particulière nécessite une action d’urgence ».

Cette proposition a été accueillie avec une certaine prudence dans les rangs des députés grecs issus du parti au pouvoir. Pour Kostas Chrysogonos, membre de Syriza, il faut surtout s’assurer « que ce nouveau corps de gardes-frontières respectera les droits de l’Homme ».

La Grèce et l’Italie sont en première ligne dans l’accueil des réfugiés. Pour l’eurodéputée italienne de centre gauche, Patrizia Toia, la proposition devrait être évaluée positivement par son pays. Mais elle souligne que ce dispositif manque d’ambition. « Nous devons nous attacher aussi à l’accueil et à la relocalisation » des réfugiés estime la parlementaire.

Ce texte n’est qu’au début de son parcours législatif. Il faudra convaincre l’ensemble du Parlement et surtout les États membres.