Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Scolarisation des enfants réfugiés syriens : reportage dans une école en Turquie

Access to the comments Discussion
Par Julien Pavy  avec Bora Bayraktar
Scolarisation des enfants réfugiés syriens : reportage dans une école en Turquie

<p>Retour sur les bancs de l‘école pour ces enfants syriens. Un centre éducatif pour les réfugiés a ouvert récemment ses portes dans la ville turque de Şanlıurfa, non loin de la frontière avec la Syrie. Les élèves y apprennent notamment l’anglais ou le turc.</p> <p>‘‘On apprend à lire, à écrire”, explique en turc cette écolière, qui espère un jour devenir docteur.</p> <p>Ce centre a pu voir le jour grâce, notamment, à l’<span class="caps">UNICEF</span> et à l’Union européenne. D’autres projets de ce type devraient être financés prochainement. “Les Syriens attachent énormément d’importance à l‘éducation. C’est quelque chose qui nous touche beaucoup, souligne Hansjörg Haber, le chef de la délégation de l’UE en Turquie. Nous ne voulons pas que cette génération, qui a dû fuir son pays, souffre pendant des années sans progresser dans son éducation personnelle. Nous voulons que ces enfants puissent faire carrière dans la vie, et c’est la base nécessaire.”</p> <p>Ce centre accueille en grande majorité des filles. Dans le contexte actuel, elles sont les plus vulnérables, explique Philippe Duamelle, du Fonds des Nations Unies pour l’enfance : “L’expérience a montré que les filles, les adolsecentes ont particulièrement besoin d‘être protégées. Elles sont généralement plus exposées aux violences aux abus à caractère sexuel et à l’exploitation.”</p> <p>De notre correspondant, Bora Bayraktar : “Alors que le crise syrienne s’intensifie et qu’aucune solution n’est en vue, les projets à long terme pour les réfugiés deviennent une priorité. Avec l’arrivée de nouveaux financements de l’Union européenne et de la communauté internationale, des institutions comme celle-ci vont se multiplier.”</p> <p>Plus de la moitié des deux millions de réfugiés syriens vivant en Turquie sont des enfants. La très grande majorité est déscolarisée.</p>