DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Une chaise vide pour le prix Sakharov du Parlement européen


Le bureau de Bruxelles

Une chaise vide pour le prix Sakharov du Parlement européen

Incarcéré en Arabie Saoudite, le blogueur Raif Badawi n’a pas pu recevoir en main propre le prix Sakharov du Parlement européen. C’est donc sa femme Ensaf Haidar, exilée au Canada avec leur trois enfants, qui est venue chercher cette récompense décernée aux personnes qui défendent les droits de l’homme.
A l’occasion de cette cérémonie le président du Parlement a une nouvelle fois appelé le roi d’Arabie Saoudite à libérer Raif Badawi mais aussi toutes les personnes emprisonnées pour avoir exprimé librement leur opinion. Raif Badawi a été arrêté en 2012 puis condamné à 10 ans de prison et à 1 000 coups de fouet pour « insulte à l’islam ».

Ensaf Haidar, l‘épouse de Raif Badawi, a répondu aux questions d’Euronews.

Ensaf Haidar :
« Il est certain que le prix Sakharov est un prix prestigieux, qui a une très grande renommée dans toute l’Europe. J’espère que ce prix sera une sorte porte vers la liberté pour Raif, qu’il lui procurera la liberté et qu’il lui apportera un soutien moral comme ce fut le cas pour moi et nos enfants. Et j’espère que ce prix sera entendu comme le signal pour soutenir la libération de Raif. En réalité Raif est un homme pacifique, un homme de paix, qui s’est exprimé pacifiquement, son arme n‘était qu’une simple plume, j’espère donc que Raif sera très prochainement avec ses enfants. »

Euronews:
« Vous avez du quitter l’Arabie Saoudite en 2009, vous avez trouvé refuge au Canada. Votre mari est en prison depuis trois ans, il a déjà reçu 50 coups de fouets et ce n’est qu’une partie de sa sentence. Est-ce que vous n’avez jamais eu de regret? Vous ne vous êtes jamais demandé si tout cela valait la peine? »

Ensaf Haidar :
« J’ai toujours au fond de moi la conviction et la foi dans la cause de Raif car en fin de compte Raif est un homme qui s’est exprimé différemment. Il était dans son droit, comme tout homme a le droit de s’exprimer. L’important c’est que cette liberté d’expression soit exercée de façon pacifique et que son message soit un message de paix, la plume reste toujours son arme, pour tout cela je le répète je suis convaincue et fière de ce qu’a fait Raif, je suis fière qu’il ait eu le courage de s’exprimer de manière pacifique. »

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Le bureau de Bruxelles

La Commission européenne propose de participer à la surveillance des frontières extérieures