DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Yémen : affrontements mortels sur le terrain, pourparlers de paix en Suisse

Le cessez-le-feu décrété au Yémen reste décidément très fragile. Mercredi de violents accrochages ont de nouveau opposé les forces loyalistes

Vous lisez:

Yémen : affrontements mortels sur le terrain, pourparlers de paix en Suisse

Taille du texte Aa Aa

Le cessez-le-feu décrété au Yémen reste décidément très fragile. Mercredi de violents accrochages ont de nouveau opposé les forces loyalistes soutenues par l’Arabie Saoudite et les rebelles chiites Houthis. Le bilan est lourd : selon les sources, les combats auraient fait entre 24 et 42 morts.
Les accrochages se sont produits dans le sud-ouest du pays dans la province de Taëz et dans la région de Bab al-Mandeb.
Mercredi les belligérants se sont accusés mutuellement d’avoir ouvert le feu.
“Ce sont les Houthis qui ont rejeté les résolutions des Nations unies et du Conseil de sécurité, a déclaré Amin Abdullah, un combattant pro-gouvernemental. “Ce sont les Houthis qui ont mené des attaques et qui ont frappé les maisons et des civils. Nous ne faisons que nous défendre.”

Pourparlers de paix en Suisse

Ce regain de tension intervient alors qu‘à Macolin, près de Biel, en Suisse, les deux camps ont entamé leur deuxième journée de pourparlers en vue d’un règlement politique de la crise yéménite. Une crise qui a fait 6.000 morts et 28.000 blessés depuis 2014. L’Arabie saoudite soutient le processus craignant un enlisement au profit du groupe terroriste Daesh.
Selon l’AFP, alors même que des combats faisaient rage dans le sud-ouest du pays, les belligérants ont commencé mercredi un échange de centaines de prisonniers dans le sud du pays. “Nous avons débuté l‘échange par petits groupes”, a déclaré cheikh Mokhtar al-Rabbach, un membre de la commission chargée des prisonniers proche du gouvernement reconnu par la communauté internationale. L‘échange doit concerner 375 prisonniers rebelles et 285 combattants progouvernementaux. Il s’agit de l’un des rares échanges de prisonniers annoncés au Yémen depuis l’intervention fin mars dans ce pays d’une coalition militaire arabe, conduite par l’Arabie saoudite, en soutien au pouvoir du président Abd Rabbo Mansour Hadi contre les rebelles chiites Houthis et leurs alliés qui se sont emparés de vastes régions depuis 2014.