DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Gravity : Lara Gut superstar, les Norvégiens super forts


gravity

Gravity : Lara Gut superstar, les Norvégiens super forts

Bonjour et bienvenue dans Gravity. Il n’y a certes pas beaucoup de neige dans les Alpes, mais suffisamment pour organiser des courses de ski alpin. Exemple à Courchevel avec la victoire en géant d’Eva-Maria Brem et une nouvelle performance remarquable de Lara Gut.

Lara Gut tout près du hat-trick

Deuxième succès en Coupe du monde pour Eva-Maria Brem un peu plus d’un an après avoir ouvert son palmarès à Aspen. Depuis, la bonde autrichienne multipliait les places d’honneur, comme à Aspen justement fin novembre ou à Are le week-end dernier. Cette fois, elle vire en tête à l’issue de la première manche et ne commet pas d’erreur sur le deuxième parcours sur le stade Emile-Allais.

Elle devance de 72 centièmes de seconde la Norvégienne Nina Loeseth et la Suissesse Lara Gut qui passe tout près du hat-trick après ses deux victoires à Val d’Isère lors du soixantième Critérium de la première neige. Des résultats qui lui permettent en s’installer en tête du classement général devant Lindsey Vonn.

L’Américaine ne gardera pas un souvenir impérissable de son séjour en Savoie, puisqu’elle s’est inclinée d’un centième lors du super-combiné avant de se faire piéger par un mouvement de terrain en descente, puis de se contenter de la treizième place du géant.

Marcel Hirscher ne faiblit pas

Les week-ends se suivent et se ressemblent pour Marcel Hirscher qui en est maintenant à quatre victoires depuis début décembre. L’Autrichien remporte ce dimanche le géant d’Alta Badia sur la fameuse piste de la “Gran Risa”.

Une pente dépassant par endroits les 50 %, 450 mètres de dénivelé à avaler : la “Gran Risa” pose des problèmes à tous les skieurs. A tous, sauf à Marcel Hirscher qui s’impose dans les Dolomites pour la troisième année d’affilée et signe sa troisième victoire de suite en géant après celles de Beaver Creek et de Val d’Isère.

Il est d’ailleurs d’une régularité incroyable : il n’a jamais fini en dehors du top 10 dans la discipline depuis janvier 2013. Grâce à sa 35e victoire en carrière, le natif d’Annaberg reprend les commandes de la Coupe du monde à Aksel Lund Svindal.

19 centièmes de seconde, voilà tout ce qu’il aura manqué à Henrik Kristoffersen pour doubler la mise après son succès lors du slalom de Val d’Isère. Pour l’anecdote, le jeune norvégien signe exactement le même chrono que Marcel Hirscher dans la deuxième manche.

Parti avec le dossard 1 et auteur du meilleur temps le matin, le Français Victor Muffat-Jeandet prend finalement la troisième place. Il éjecte du podium Ted Ligety, champion olympique et triple champion du monde en titre, tandis que ses compatriotes Mathieu Faivre et Alexis Pinturault se classent cinquième et sixième.

Le secret des “Attacking Vikings”

Kristoffersen deuxième du géant d’Alta Badia, Svindal et Jansrud premier et troisième de la descente de Val Gardena au lendemain d’un triplé norvégien en super-G : les “Attacking Vikings” ne sont pas très nombreux sur le circuit, mais ils obtiennent des résultats exceptionnels. L’ancien champion olympique Franck Piccard croit savoir pourquoi.

Franck Piccard : Le secret des Norvégiens, c’est d’abord de préparer le ski dans toute sa largeur et dans toute sa dimension. Ils ne voient pas le ski simplement au travers d’un prisme, de vitesse, de trajectoire ou de technique. Pour eux, c’est un ensemble et on voit des skieurs capables de briller dans toutes les disciplines.

En plus, ce sont des bourreaux de travail. Ils sont capables d’enchaîner les manches à l’entraînement. Tous les skieurs que l’on voit arriver sont quasiment sur le même modèle. Depuis Kjus et Aamodt, et maintenant Svindal et Jansrud, ce sont tous de gros travailleurs capables de maîtriser quatre disciplines.

Thöni au bout du suspense

Revenons maintenant 40 ans en arrière pour revivre l’incroyable dénouement de la Coupe du monde 1975. Avant la dernière course, un slalom parallèle disputé à Val Gardena, trois hommes ont exactement le même nombre de points…

Il y a d’abord le tenant du titre, l’Italien Gustav Thöni avec son dossard numéro 1, il y a aussi le jeune prodige suédois Ingemar Stenmark, et il y a enfin l’Autrichien Franz Klammer, intouchable en descente, mais incapable de rivaliser avec les meilleurs dans les épreuves techniques.

Rapidement éliminé, c’est en spectateur qu’il assiste à la finale qui s’avère indécise jusque dans les derniers mètres. Finalement, Ingemar Stenmark commet une erreur à deux portes de la ligne d’arrivée, laissant Gustav Thöni empocher son quatrième globe de cristal en cinq ans !

It’s snowtime !

Ce lundi, il y aura pour la toute première fois un géant parallèle à Alta Badia, non loin de Val Gardena, à la veille d’un slalom nocturne à Madonna di Campiglio. Pour terminer ce numéro de Gravity, voici les plus belles images des courses disputées ces jours-ci en Italie et en Savoie : it’s snowtime !

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

gravity

Gravity : la relève du ski alpin éclipse (un peu) Hirscher