DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Une journaliste française expulsée de Chine après un article sur la politique antiterrorriste de Pékin


Chine

Une journaliste française expulsée de Chine après un article sur la politique antiterrorriste de Pékin

La journaliste française Ursula Gauthier devra quitter la Chine. Pékin a confirmé l’expulsion imminente de la correspondante de L’Obs. Ses articles sur la politique antiterroriste chinoise dans la province musulmane du Xinjiang ont fortement déplu aux autorités. C’est la deuxième journaliste femme expulsée de Chine depuis 2012.
Ursula Gauthie est très officiellement accusée de “défendre des actes terroristes”, dans un communiqué mis en ligne samedi sur le site du ministère chinois des Affaires étrangères. L’article mis en cause publié sur le site internet de L’Obs et intitulé “Après les attentats, la solidarité de la Chine n’est pas sans arrière-pensées” se penchait sur la réaction de Pékin après les attaques meurtrières du 13 novembre à Paris.
Ursula Gauthier y décrivait les mesures répressives et la politique “antiterroriste” des autorités chinoises au Xinjiang, région en proie depuis deux ans à une recrudescence de violences. Berceau de la minorité musulmane turcophone des Ouïghours, beaucoup y dénoncent des discriminations ethniques, culturelles et religieuses grandissantes à l’encontre de cette communauté.
Des internautes chinois ont exprimé leur surprise au sujet de cette “indignation” présumée, l’article de la journaliste n’ayant pas été traduit en chinois et étant inaccessible dans sa version française sur le web en Chine, où les autorités maintiennent une stricte censure des contenus en ligne. Le ministère français des Affaires étrangères a déclaré “regretter” que le visa de la journaliste ne soit pas renouvelé.
“Pékin démontre son rêve de mettre au pas les journalistes étrangers comme les reporters chinois”, a réagi pour sur Twitter le secrétaire général de Reporters sans frontières, Christophe Deloire.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Argentine : Clara n'était pas la petite-fille de la grand-mère de la place de Mai