DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Espagne : Podemos dit non aux conservateurs de Mariano Rajoy

Toujours pas de gouvernement en vue en Espagne. La rencontre lundi entre le Premier ministre sortant Mariano Rajoy et le chef du parti de la gauche

Vous lisez:

Espagne : Podemos dit non aux conservateurs de Mariano Rajoy

Taille du texte Aa Aa

Toujours pas de gouvernement en vue en Espagne. La rencontre lundi entre le Premier ministre sortant Mariano Rajoy et le chef du parti de la gauche radicale Podemos n’a rien donné. Pablo Iglesias campe sur ses positions: il n’aidera personne à former un gouvernement. “Le candidat du Parti Populaire est tout à fait conscient que de quelque manière que ce soit, nous ne faciliterons pas un gouvernement formé ni par lui, ni par tout autre candidat du Parti populaire (…) Nous n’avons pas accédé au parlement espagnol pour jouer aux chaises musicales ou pour faire des compromis politiques traditionnels. Et cela, tout le monde doit le savoir. Et si nous allons vers de nouvelles élections, nous les affronterons et je pense, je ne devrais pas le dire, mais il est très possible que nous les remporterons.”

Point of view

Nous n'avons pas accédé au parlement espagnol pour jouer aux chaises musicales

Aucun parti n’est en mesure de former seul un gouvernement. La seule solution pour Mariano Rajoy serait d’obtenir que le Parti socialiste s’abstienne lors du vote d’investiture, les libéraux de Ciudadanos ont déjà accepté de le faire. Pas question a de nouveau répondu Pedro Sanchez, le chef du PSOE. “Ma position est que si Rajoy et le Parti populaire sont incapables de mener ce nouveau temps avec la capacité de dialogue qui est nécessaire, le Parti socialiste prendra ses responsabilités pour offrir une alternative de gouvernement à l’Espagne.”

Le nouveau Parlement prendra ses fonctions le 13 janvier. Le roi Felipe VI rencontrera ensuite les représentants des différents partis, avant de désigner celui qui a le plus de chances de réussir à former un gouvernement.
Si aucun exécutif n’est formé dans les deux mois qui suivront le premier vote d’investiture, de nouvelles élections seront convoquées.