DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Elections générales en Centrafrique : la paix attendue au tournant


République Centrafricaine

Elections générales en Centrafrique : la paix attendue au tournant

Les opérations de vote en Centrafrique ont commencé. Les habitants de ce pays de moins de cinq million d’habitants, à peine sorti de trois ans de violence ethnique, élisent aujourd’hui un nouveau président et un parlement.

Le scrutin a été reporté plusieurs fois et c’est avec un peu de retard que les bureaux de vote ont ouvert ce matin dans les quartiers musulmans de Bangui, la capitale.

Le renversement du président François Bozizé, en mars 2013, par la rébellion à dominante musulmane Séléka, a précipité le pays dans un cycle de violences inter-communautaires qui a culminé fin 2013 avec des massacres et le déplacement de centaines de milliers de personnes.

Les trois principaux des trente candidats à la présidentielle sont anciens ministres ou premier ministres, mais les derniers dirigeants du pays ne peuvent pas se présenter. La présidente de transition, Catherine Samba Panza, est légalement elle aussi écartée du scrutin.

Casques Bleus et forces françaises, déjà présentes en République de Centrafrique, sont fortement mobilisés pour ces élections dont la population, inscrite en masse sur les listes électorales, attend beaucoup.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Fusillade mortelle au Daguestan, des touristes visés