DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La région de Ramadi en Irak, théâtre de nouveaux combats

Une semaine après la libération officielle de la ville de Ramadi en Irak, les troupes irakiennes continuent de combattre contre les djihadistes de

Vous lisez:

La région de Ramadi en Irak, théâtre de nouveaux combats

Taille du texte Aa Aa

Une semaine après la libération officielle de la ville de Ramadi en Irak, les troupes irakiennes continuent de combattre contre les djihadistes de l’organisation Etat islamique.
L’objectif est de libérer entièrement la province d’Al-Anbar et de planter le drapeau irakien partout où il peut l‘être.

Par ailleurs, deux attaques suicides près de Tikrit ont tué au moins 15 membres des forces de sécurité et en ont blessé 22 autres. Des attentats revendiqués par Daesh.

En tout, plus d’une centaine de familles utilisées comme boucliers humains dans des maisons piégées de Ramadi auraient été libérées depuis dimanche dernier.

“Des individus sanguinaires se sont emparés de nous, des gens qui ne connaissent pas le sens du mot humanité, témoigne un habitant de Ramadi. Dieu vous bénisse de nous venir en aide. Hier, l’Etat islamique nous a dit : soit vous sortez soit nous allons piéger vos maisons. Dieu bénisse les forces de sécurité des lieutenants jusqu’aux colonels. Dieu bénisse les simples soldats qui sont venus et nous ont sauvés des bêtes. Ce sont de vraies bêtes, sans humanité. Ce n’est pas l’islam.”

Un grand nombre des personnes qui recouvrent la liberté sont des femmes et des enfants, blessés par balles aux bras ou aux jambes. Certains sont même paralysés. Beaucoup sont traumatisés par les mauvais traitements.

Ramadi n’a pas fini de panser ses plaies.