DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

The Corner : Zidane remplace Benitez


the corner

The Corner : Zidane remplace Benitez

Bienvenue dans The Corner. Rafa Benitez a débuté 2016 de la pire des manières. Le nul concédé à Mestalla a été fatal à celui qui est désormais l’ex-entraîneur du Real Madrid. Son aventure avec les “Merengue” s’arrête là. En Angleterre, Louis van Gaal, lui, est toujours en poste. En tout cas, pour le moment.

Tout juste sept mois : c’est le temps qu’aura passé Rafa Benitez sur le banc du Real Madrid. Le président du club Florentino Pérez a annoncé ce lundi son renvoi faute de résultats suffisants et son remplacement par Zinédine Zidane qui était en charge de l‘équipe réserve depuis un an et demi.

L’ancien meneur de jeu de l‘équipe de France, dont ce sera la première expérience en tant qu’entraîneur, a confié qu’il était “très ému” et qu’il s’agissait d’un “jour important” pour lui. Avant d’ajouter : “je vais donner tout mon possible pour que cette équipe gagne quelque chose cette saison”.

Rafa Benitez n’a jamais fait l’unanimité au sein du vestiaire et parmi les supporteurs madrilènes qui lui préféraient Carlo Ancelotti surtout après la Décima, la dixième Ligue des champions remportée par le club.

Il n’a pas été sauvé par les succès 10-2 et 3-1 obtenus contre le Rayo Vallecano et contre la Real Sociedad. Pas sauvé non plus par le nul deux partout à Valence ce dimanche avec des buts de Karim Benzema et de Gareth Bale.

Du répit pour van Gaal

Sept matches sans victoire toutes compétitions confondues, dont quatre défaites d’affilée, Louis van Gaal était plus que jamais sur la sellette après le 2-0 subi à Stoke City lors du Boxing Day. Une bonne partie de la presse tirait alors à boulets rouges sur l’entraîneur néerlandais.

Il était accusé d’anesthésier ses joueurs par des consignes trop strictes et de ne pas avoir bâti une équipe attrayante malgré 340 millions d’euros dépensés sur le marché des transferts en un an et demi.

Mais le nul face à Chelsea puis la victoire contre Swansea grâce à des buts d’Anthony Martial et de Wayne Rooney ont donné un peu de répit à celui qui est sous contrat avec les Mancuniens jusqu’en juin 2017.

Si jamais il était limogé, un homme est à l’affût pour lui succéder, José Mourinho, renvoyé par Chelsea mi-décembre et qui n’a pas l’intention de prendre d’année sabbatique.

Arsenal et l’Atlético Madrid seuls en tête

Qui a passé un bon week-end, qui en a passé un moins bon ? On voit cela ensemble…

Un but de Laurent Koscielny suffit à Arsenal pour battre Newcastle et prendre seul les commandes de la Premier League après le nul de Leicester face à Bournemouth. Problème : les Gunners ont commencé trois fois l’année en tête depuis 2002, mais sans jamais gagner le titre.

Un but suffit aussi à l’Atlético Madrid pour se défaire de Levante et prendre deux points d’avance sur le Barça tenu en échec zéro partout sur la pelouse de l’Espanyol lors du derby catalan. Mais les Blaugranas comptent un match en retard et une meilleure différence de buts.

James Rodriguez est rapide balle au pied, mais encore plus volant en main. Le milieu de terrain colombien a été flashé sur l’autoroute à plus de 200 km/h et il a été poursuivi par la police jusqu’aux grilles du centre d’entraînement du Real Madrid.

Le “miracle” de Séville

Continuons notre rétro des championnats d’Europe des nations avec un nouvel épisode consacré à 1984. Cette année-là, les Espagnols atteignent la finale alors qu’ils avaient bien failli ne pas se qualifier pour le tournoi. Mais dans l’un des matches les plus importants de son histoire, la Roja a accompli un véritable miracle.

Le 21 décembre 1983, à Séville, les Espagnols reçoivent Malte pour la dernière rencontre des éliminatoires. Ils doivent s’imposer par 11 buts d‘écart puisque les Pays-Bas comptent deux points de plus et un bien meilleur goal average. Et alors qu’il n’y avait que 3-1 à la mi-temps, l’Espagne s’impose finalement 12-1 pour arracher son billet pour la France.

La suite, tout le monde la connaît : la finale au Parc des Princes, le coup-franc de Platini, la boulette d’Arconada et le premier titre majeur des Bleus.

On parie ?

Voici maintenant nos pronostics pour les matches du week-end prochain. En 2015, nous n’avons pas deviné beaucoup de bons résultats, nous allons essayer de faire mieux en 2016. Vous aussi, vous pouvez tenter votre chance avec le hashtag que vous connaissez par coeur : #TheCornerScores.

Celta Vigo 0-1 Atlético Madrid
Real Madrid 3-0 Deportivo La Corogne
Sporting Portugal 1-1 Braga

Terminons ce premier épisode de l’année avec les voeux, dans toutes les langues, des joueurs de la Bundesliga actuellement en vacances. La reprise du championnat d’Allemagne se fera le 22 janvier. Pas d’inquiétude, The Corner revient bien avant, dès lundi prochain. Ne le manquez pas.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

the corner

The Corner : Arsenal en tête de la Premier League