DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Cure de désintoxication numérique

Vous lisez:

Cure de désintoxication numérique

Taille du texte Aa Aa

De plus en plus connectés et pour certains de plus en plus drogués à ces connexions. Et puisqu’on parle d’addictions, il existe des cures de

De plus en plus connectés et pour certains de plus en plus drogués à ces connexions.

Et puisqu’on parle d’addictions, il existe des cures de désintoxication.

Cela vient des Etats-Unis où on sent toujours mieux qu’ailleurs les… marchés potentiels. De ce côté-ci de l’Atlantique on fait aussi de la detox numérique comme ici en Suisse.

David a participé a cette retraite : “Le matin, le réveil sonne sur mon téléphone. Je prends mon téléphone et je vais tout de suite sur internet. Je consulte Whatsapp, Facebook, je regarde ce qu’il s’est passé. Qu’est-ce que j’ai manqué pendant que je dormais ? Après, je vais au petit déjeuner en écoutant de la musique sur Spotify. Bref, je suis en permanence plongé dans Internet. Sur le chemin du travail, au bureau, en permanence…”

L’hyper connexion est un des faits marquants de notre société, avec comme effets parfois, burnout et dépressions. Chaque jour, en moyenne, on consulte 200 fois son téléphone, on reçoit 50 emails.

Alexander Steinhart, coordinateur «Digital Detox» :
“Le smartphone et Internet agissent comme de petits automates du bonheur. C’est un peu comme une machine de casino dont on n’arrive pas à détacher son regard. Les notifications notamment sont comme des bons points que nous attendons de recevoir: un message de mon amie ou un événement important. Nous sommes en permanence sous tension, et cela déclenche des émotions en nous. Mais dans 90% des cas, ce qui se passe réellement n’est pas du tout important”

Le but de cette thérapie est de réduire le stress et de prendre plus de temps pour ses interactions sociales et ses activités en dehors d’internet et des réseaux sociaux.