DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La Commission européenne au chevet de Schengen

La réintroduction des contrôles aux frontières entre le Danemark et la Suède relance les interrogations sur l’avenir de l’espace Schengen. Depuis le

Vous lisez:

La Commission européenne au chevet de Schengen

Taille du texte Aa Aa

La réintroduction des contrôles aux frontières entre le Danemark et la Suède relance les interrogations sur l’avenir de l’espace Schengen. Depuis le début de la crise migratoire la zone de libre circulation en Europe connaît des difficultés. Le Commissaire européen chargé de la Migration a donc rencontré les autorités suédoises, danoises et allemandes pour faire le point sur ces contrôles. Pour Dimitris Avramopoulos la priorité est de préserver Schengen « à la fois pour les citoyens et l‘économie ».
Cette nouvelle poussée de fièvre est partie de Suède. Stockholm a décidé de vérifier l’identité de tous les voyageurs en provenance du Danemark, une première depuis les années 50. En réponse Copenhague a réintroduit aussi des contrôles le long de sa frontière avec l’Allemagne, Berlin a accueilli en 2015 plus d’un million de demandeurs d’asile.
A l’issue de cette rencontre à Bruxelles le ministre suédois de l’Immigration a tenu à justifier la décision de son pays. Morgan Johannson a rappelé que la Suède a ouvert ses portes cet automne à 26 000 mineurs et enfants non accompagnés « soit un millier de classes scolaires qui arrivent en quatre mois ».
Pour le secrétaire d’État allemand de l’Intérieur, le fond du problème provient d’un manque d’efficacité dans le contrôle des frontières extérieures de l’Union. Ole Schröder ajoute que « le dispositif de relocalisation ne fonctionne pas » non plus entre les États membres. Les gouvernements de l’Union se sont en effet engagés en 2015 à relocaliser 160 000 demandeurs d’asile. Mais pour le moment 272 personnes seulement ont bénéficié de ce système.